vendredi , 13 décembre 2019

Guinée : l’idée d’une Loi anti-corruption Falcone en gestation

La Loi anti-corruption guinéenne dont l’avant-projet vient d’être finalisé pourrait être baptisée « Loi Mohamed François Falcone », du nom  du directeur exécutif de l’Agence nationale de la lutte contre la Corruption décédé en novembre par suite d’un arrêt cardiaque.

 

La révélation a été faite mardi 9 décembre par Almamy Soumah, Conseiller chargé de l’éducation à la présidence de la République, à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre la corruption.

La proposition de cet hommage à titre posthume émane de l’Agence Nationale de Lutte contre la Corruption. Une institution relevant de la Président de la République que M. Falcone a dirigée plusieurs années durant.

 

On rappelle que la Guinée dispose déjà d’un avant-projet d’une Loi anti-corruption. Ce document est déjà validé par l’ANLC. Ne reste plus que son adoption par l’Assemblée nationale et sa promulgation par le Chef de l’Etat.

 

S’exprimant en juin lors de l’atelier de validation de ce projet de loi anti-corruption, Mohamed François Falcone avait appelé de vive voix à son adoption et sa promulgation pour qu’enfin que les guinéens puissent dépasser le cap de la corruption et la gabegie financière.


Sériane Théa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*