lundi , 18 novembre 2019

Inquiétude: une quinzaine de présumés bandits renversée par les BAC à Conakry

Quatorze présumés gangs ont été présentés à la presse, mardi, par la police nationale à travers ses unités spécialisées déployées à Conakry.  Le groupe est accusé de semer ‘’la terreur et la désolation au sein des paisibles citoyens de la capitale’’ guinéenne.

Les présumés accusés ont été montrés avec leurs armes par le Coordinateur des Brigades Anti Criminalités (BAC), le colonel Mamadouba Soumah en compagnie du Secrétaire général du ministère de la Sécurité et de la Protection Civile, Sébastien Dopavogui.

Comment le groupe est tombé dans les mailles des hommes en uniformes ? Le Coordinateur des BAC a expliqué à la presse que c’est le samedi dernier, que ses hommes ont réussi à mettre aux arrêts 9 éléments d’un gang qui sévissait à la Cimenterie (banlieue de Conakry, NDRL).

‘’Ce sont des gens qui, généralement à la tombée de la nuit ou quand il y a des embouteillages, parfois provoqués par des bandits eux-mêmes, profitent pour tomber sur nos pauvres mamans, leur retirent leur sac, les blessent, ouvrent les coffres des taxi-maîtres en leur disant par exemple que leur pneu est crevé. Le temps pour le chauffeur de se tourner pour vérifier cette fausse crevaison, les bandits profitent rapidement pour dérober les recettes du chauffeur ou les téléphones de ses passagers’’, a expliqué le colonel Soumah qui rappelle le démantèlement à Dixinn, le long des rails d’un redoutable gang de 4 personnes dirigé par un certain Mohamed Morciré Camara, dit Alias 2 PAC ou Awoulô.

Agissant avec des machettes, le clan de ce dernier est accusé d’avoir nouvellement fendu une des fesses d’une de ses victimes qui est actuellement hospitalisée tout comme la main d’un jeune guitariste Guinéen.

Le Coordinateur des BAC, accuse le groupe d’Awoulô de faire régner la terreur en s’attaquant et agressant tous les passants le long du pont Kénien jusqu’à la Cass (Matam).  Il confie que l’ensemble des présumés ‘’voyous sont tous des repris de justice’’.
Parmi eux, une seule dame. Nommée Rokia Konaté, le Colonel Somah la qualifie de grande ‘’escroc de la République’’.

Cette dame que vous voyez devant vous, dit-il, a, à son fardeau plus de 500 millions de francs guinéens (56 200 euros) comme préjudices portés à ses créanciers ou à ses victimes, a-t-il déclaré.

‘’De gauche à droite, elle emprunte 50 millions à Paul,  35 millions à Pierre, 10 millions à X ou 5 millions à Y sous prétexte qu’elle va leur livrer du riz ou du poisson. Ce qui est regrettable, c’est que récemment le président de la République a fait don de 100 millions de francs guinéens aux femmes de Coyah. C’est elle qui a été l’intermédiaire mais jusqu’à présent, ce montant n’est pas parvenu à leurs destinataires. Sa stratégie, c’est de passer de bureau en bureau sous la bannière d’une ONG fantôme pour arnaquer les gens’’, dénonce le coordinateur des BAC.

Aliou BM Diallo
+224 622 254 564
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*