samedi , 20 juillet 2019

Procès Mohamed Lamine Kaba : le tribunal va écouter l’enregistrement sonore

Cité pour comparaitre à titre de témoin dans le procès Mohamed Lamine Kaba du FIDEL, accusé de diffamation par voie de presse au préjudice de l’homme politique Faya Millimouno, le journaliste du site Mediaguinee.com était à la barre hier mercredi au Tribunal de première instance de Dixinn.

 

A l’audience précédente, la nécessité de la comparution du confrère, Youssouf Hawa Keita, a été évoquée parce que l’accusé Mohamed Lamine Kaba, ne reconnaissait pas avoir tenu les propos qui lui sont attribué dans l’article incriminés.

Précédemment, M. Kaba aurait dit qu’il  »sera difficile’’ de trouver Youssouf, puisqu’il ne serait « pas un journaliste » et que Mediaguinee « n’est pas un site reconnu ». Ce qui l’a poussé à qualifier l’article de « tract ».

A la barre, Youssouf Keita a expliqué les circonstances dans lesquelles Mohamed Lamine Kaba a accusé Faya Millimouno d’avoir été envoyé en Angola par l’UFDG, avant de faire écouter au juge l’enregistrement sonore dont la transcription se fera prochainement par un huissier. Mais il a brandi sa carte de journaliste professionnelle délivrée par MEDIAGUINEE pour lequel il travaille. Un media bien reconnu par la législation guinéenne en vigueur et autorisé à livrer des contenus informatifs.

Dr Faya Millimouno a dit, devant la barre, qu’il a bénéficié d’une bourse du gouvernement canadien avec Dr Bano Barry, ancien vice-recteur de l’Université Général Lansana Conté, contrairement à ce qu’a dit Mohamed Lamine Kaba dans la presse. Et que c’est à l’époque que son salaire a été coupé en Guinée.

Revenant sur son voyage en Angola, le président du Bloc Libéral a fait savoir qu’il était parti sur invitation d’Ibrahima Sow qu’il a rencontré chez Mouctar Diallo, président des NFD. Ibrahima Sow serait actuellement le représentant du BL en Angola. Ce qui, une fois de plus, contrarie les propos de Kaba selon lesquels Faya serait parti en mission de l’UFDG.

A son tour à la barre, le président du parti FIDEL a affirmé n’avoir pas de preuves sur les propos qu’il a tenus, notamment sur l’argent que le Dr Faya Millimouno aurait reçu des mains des militants de l’UFDG d’Angola ou même qu’il est parti d’une mission de ce parti ou encore que Faya a fait croire aux militants dudit parti qu’il allait adhérer à ce parti. Il se serait donc basé sur des rumeurs pour tenir pareils propos, et c’est ce qui l’aurait poussé à mettre tout au conditionnel lors de la seconde entrevue qu’il a accordée à Youssouf Hawa Keita.

Les débats se poursuivront le 25 novembre prochain.

Sériane Théa

+224 622 85 68 59

contact@kaloumpresse.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*