mardi , 19 novembre 2019

CENI-GEMALTO: la pomme de discorde entre pouvoir et opposition

Le choix du nouvel opérateur qui sera chargé de réviser le fichier électoral en Guinée pour les prochaines années relance le débat entre l’opposition et la mouvance présidentielle. La semaine dernière, la commission électorale nationale indépendante (CENI) a annoncé qu’un nouvel opérateur technique français (Gemalto) a été choisi par appel d’offres international.

 

Depuis que cette information a été rendue public, l’opposition continue de dénoncer l’attitude de l’institution chargée d’organiser les élections dans le pays. Ce, à moins d’une année de la présidentielle. Ce matin, le porte-parole du collectif d’opposants, Aboubacar Sylla a dit tout son mal à l’aise.

 

‘’La CEN a tenu soigneusement à mettre à l’écart les partis politiques de l’opposition dans tout le processus qui a abouti au choix de Gemalto’’, a déploré l’opposant Sylla, sur les antennes d’espace fm, une radio locale très écoutée à Conakry.

Toutefois rappelle-t-il, la CENI est l’organe de gestion des élections. A ce titre, ‘’elle doit travailler avec les partis politiques qui sont les acteurs majeurs du processus électoral. Nous sommes sevrés des contacts avec la CENI’’, a-t-il déploré.

A l’occasion du choix de l’opérateur, Aboubacar Sylla informe que dans la commission mise en place pour examiner les offres des sociétés postulantes, ‘’il y avait la Céni avec une mouvance présidentielle surreprésentée, la direction nationale des marchés publics et l’Administration générale de grands projets’’.

 

Toutes ces personnes, ajoute l’opposant, ‘’sont en principe inféodées au pouvoir qui appartiennent à un camp politique et qui choisissent un opérateur technique qui a un impact décisif sur la transparence et la crédibilité des élections’’.

 

C’est pourquoi le député et président du parti de l’union des forces du changement (UFC) n’hésite pas de dire que l’opposition  conteste la légalité de l’actuelle CENI  »qui doit avoir une composition paritaire ».

‘’L’opposition et la mouvance doivent y être équitablement représentées. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. L’opposition n’a que trois personnes qui se réclament d’elle. Donc la CENI n’est plus légale, elle doit être recomposée pour être conforme aux textes qui la fondent’’, préconise le porte-parole de l’opposition.

 

La mouvance présidentielle quant à elle, a une toute interprétation de la question de la CENI, différente naturellement de celle de l’opposition. Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle replique en ces termes :

 »Comment voulez-vous qu’à un moment donné, parce que la loi n’est plus en faveur (d’un camp) qu’il faut forcément une nouvelle CENI ? Pourquoi faut-il à la veille de chaque élection, renouvelér la commission électorale ?’’, s’est-il interrogé.

Avant la mise en place de l’actuelle CENI, se souvient-il, ‘’l’opposition retirait ses commissaires pour bloquer le travail de l’institution’’.

‘’La mouvance a voulu une commission électorale technique. Sidya Touré a dénoncé notre avant-projet. Nous leur avons donc dit de faire une CENI politique’’, explique le député, dans l’émission les Grandes Gueules.

‘’Mais en réalité au lieu de prendre des techniciens, chacun a amené son proche parent pour lui donner un emploi’’, révèle  M. Camara.

‘’M. Cellou a fait venir une cousine. M. Kouyaté a fait venir le grand-frère de sa femme qui a plus de 70 ans. Voilà comment la CENI a été constituée du côté de l’opposition’’, démontre le député de la mouvance.

Et de poursuivre, ‘’M. Touré (Sidya) comme à l’accoutumée est Touré. Le président de son groupe parlementaire est Touré, son assistant est Touré, son représentant à la CENI est Touré aussi.

 

Finalement, ils ne se sont pas entendus pour des raisons qui leur sont propres. Est-ce que nous devons alléger Telly Touré (ex-représentant de l’UFR à la CENI parce qu’il ne répond plus aux injonctions de son parti ? Ce n’est pas sérieux ça !’’, a-t-il conclut.

Au moment où nous mettons cet article en ligne, les leaders de l’opposition sont réunis au QG du chef de file de l’opposition pour discuter de cette actualité. Une déclaration commune est attendue dans les prochaines heures.

Aliou BM Diallo
+224 622 254 564
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*