mardi , 23 octobre 2018

Il se tue par jalousie et se fait couper en deux par le train (Attention âme sensible, s’abstenir)

Gnanga Doré, 28 ans, a abrégé sa vie le mercredi 12 novembre à Kéitaya (Kagbélen) dans la préfecture de Dubréka par l’une des plus horribles manières qui soient. Il s’est d’abord percé la gorge à l’aide d’un couteau sur le chemin de fer avant d’être coupé en deux par le train minéralier de la CBK (Photo 2).

 

Selon les informations en notre possession, Gnanga Doré qui n’a pas poussé les études très loin travaillait dans une usine de fabrique  de ciment à Kagbélen.

 

Il était marié à Rose Kolié. Le couple vivait une véritable histoire d’amour. Seulement, depuis quelques temps, le courant ne passait plus très bien entre les deux tourtereaux.

 

A la gendarmerie de Kéitayah, les parents du défunt ont déclaré qu’il a reçu un texto dans la nuit du 23 octobre 2014. Dans lequel message, selon toujours ses parents, on lui annonçait que sa femme, Rose Kolié, veut le tuer pour se remarier à un autre homme. Et depuis, il est tombé dans la dépression.

 

De sources proches du couple révèlent une chaude discussion entre Gnanga Doré et sa conjointe dans la nuit du mercredi aux environs de 4h du matin. Les voisins ont dû intervenir pour éviter le pire. C’est en ce moment qu’il escalade les murs et prend la fuite avec une une corde et un couteau.

 

Dans une lettre retrouvée sur lui, il indique que « quand les choses vont mal, il ne faut pas chercher le responsable. Mais il faut les résoudre ».  Il explique aussi avoir épousé Rose Kolié par amour et à cause de la pauvreté de celle-ci. Il affirme l’avoir adorée au point de risquer sa vie et son avenir.

 

Il affirme aussi s’être rendu compte, tardivement, de la décision de son épouse de l’éliminer physiquement pour se remarier. « Mais Dieu merci. Le secret a été dévoilé suite à un oubli, le 23-10-2014 à 20h12mn à travers un message qu’elle se prépare pour me combattre »,  relate-t-il dans un français approximatif.

 

Parlant de sa mort comme le dernier jugement, il indique qu’il ne vivait plus en paix. Enfin, Gnanga Doré demande pardon à ses proches pour tous les torts qu’il a commis durant sa vie terrestre.

 

Les agents de sécurité ont découvert le corps de la victime après le passage du train minéralier. A côté de lui, se trouvaient une ficelle et un couteau ensanglanté. Selon les informations reçues auprès de la gendarmerie de Kéitaya, le corps de Gnanga Doré a été coupé au niveau de la hanche. La sécurité a découvert des traces au niveau de la mâchoire supérieur.

Sériane Théa

+224 622 85 68 59

contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*