vendredi , 16 novembre 2018

L’opposition menace de reprendre les manifestations si la CENI n’est pas recomposée

Les partis d’opposition en Guinée regroupés au sein du collectif appelé  »Opposition républicaine » a exigé vendredi la recomposition de la Commission électorale nationale indépendante pour éviter des fraudes massives aux élections présidentielles de l’an prochain.

 

Selon les leaders de l’opposition dite Républicaine, l’actuelle Commission électorale a montré ses limites. Elle a prouvé son incompétence à gérer le processus électoral et à nous organiser des élections effectivement transparentes, selon leur porte-parole Aboubacar Sylla.

Les opposants pointent du doigt les élections législatives de l’an dernier qui, selon eux, étaient émaillées d’anomalies.

 

Aussi, ils brandissent l’argument selon lequel la Commission électorale dirigée par Bakary Fofana ne compte plus que 3 de leurs représentants au lieu de 10 comme le consacre la loi.

 

« Nous exigeons que la CENI soit reformée. Elle a fait toute la preuve de son inaptitude à gérer le processus électoral et à nous organiser des élections effectivement transparentes », a insisté Sylla, qui, lui-même dirige le parti Union des forces du changement (UFC).

 

Pendant une réunion extraordinaire tenue au siège du l’UFR de Sidya Touré, à Matam, ce vendredi, l’Opposition Républicaine a constaté que la CENI poursuit les corrections des anomalies sur le fichier électoral sans qu’elle ne soit impliquée.

 

Elle a également constaté, selon son porte-parole, que l’Etat gère l’épidémie d’Ebola de la plus mauvaise des manières qui soit. Ce qui d’après ce bloc de partis d’opposition, entraine l’accroissement du nombre de victimes et de villes touchées, alors que les fonds destinés à la lutte contre la maladie sont en constante augmentation.

 

Aussi, le collectif fustige ce qu’il appelle  »une stratégie d’intimidation et de persécution des leaders politiques ». En exemple, il cite la présence de militaires au domicile de Sidya Touré, le 5 novembre dernier. Un acte qu’il a « condamné », par le biais de son porte-parole, et « exprimé sa volonté à ne pas céder à ces intimidations ».

 

Par ailleurs, l’Opposition républicaine a appelé à la reprise du dernier recensement général de la population et de l’habitat qu’il estime bâclé pour des fins électoralistes. « Nous constatons l’accroissement exponentiel de la population dans certaines régions. Ce qui sera un argument pour justifier les fraudes qui vont être organisées », a dit Sylla, ajoutant que « ce recensement n’est pas conforme à la réalité ».

 

« Si nos revendications ne sont pas prises en compte nous allons reprendre nos manifestations dans les jours à venir », a prévenu Aboubacar Sylla.

L’opposition prévient que ses manifestations prendront en compte les mesures sanitaires nécessaires pour éviter la propagation d’Ebola. Pour ses membres le président Alpha Condé a donné l’exemple en s’offrant des bains de foule à l’intérieur du pays, sur fond de pré-campagne.

 

« Nous allons organiser des manifestations pour attirer l’attention de l’opinion nationale et internationale sur la situation de la Guinée et les risques de tragédie que pourraient occasionner la continuation de cette démarche ».

 

Elie Ougna

+224 622 85 68 59

contact@kaloumpresse.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*