lundi , 21 octobre 2019

Son domicile encerclé, Sidya contre-attaque : « On connait qui préparait des coups contre la Guinée au temps de Conté »

Le président de l’Union des forces républicaines, Sidya Touré, a organisé une assemblée générale extraordinaire mercredi au lendemain de la présumée présence de bérets rouges à proximité de son domicile.

Devant ses militants et la presse, l’ancien Premier ministre Touré a donné sa version des faits en rapport avec cette affaire qui défraie la chronique en Guinée ces dernières heures. Il a affirmé que c’est vers 20h, pendant qu’il étaient en réunion avec son staff, dans mon salon, il a appris la présence d’hommes devant sa cour, se livrant à une fouille des personnes et véhicules.

C’est dans ces circonstances, selon lui, qu’il est sorti. Les éléments étaient déjà postés devant l’école privée Lamine Sylla, a-t-il expliqué à ses militants.

Poursuivant, il a dit :  » J’ai appelé le chef qui a refusé de venir, c’est en ce moment que j’ai appelé le ministre de la défense nationale Abdoul Kabèlè, qui a dit pour une première fois qu’il va s’informer et me fera signe. J’ai appelé le général Ibrahima Baldé de la gendarmerie qui ne m’a pas décroché, après Kabèlè m’a rappelé en  me disant qu’il y a des militaires qui ont déserté qui sont chez moi. Comme si chez moi est un camps ou un lieu où les militaires peuvent venir s’ils désertent ».

Scène filmée

Selon le leader de l’UFR toute la scène a été filmée. Et la publication de la vidéo sur les réseaux sociaux est envisagée. « J’ai le film, je vais le mettre sur youtube pour qu’on puisse identifier certains d’entre eux », a-t-il ajouté.

« Il y a même un parmi eux qui s’appelle Malick,  c’était écrit sur leur véhicules Forces spéciales. Il y a des forces en guinée mais on ne sait même pas ils sont sous la couverture de qui ?comme le cas des hommes qui sont réfugiés à Béhanzin. Ils ont même arrêté  un jeune du quartier qui est gardien à côté de chez moi pensant que c’était un de mes gardiens. Cela a fait une semaine. Ill y en a qui sont logés dans l’hôtel qui est en face de chez moi.  Nous le savons, mais cela ne m’empêche pas de dormir. C’est le fait qu’hier il y a eu de l’agressivité notamment en barrant l’entrée de chez moi que nous avons demandé aux gens de quitter et surtout de décliner leur identité ».

Le président de l’UFR a reconnu que les « visiteurs » n’étaient pas habillés en militaires, mais c’est des gens armées qui prétendent eux-mêmes qu’ils sont des forces spéciales.

La contre-attaque

Au cours de son meeting, l’ancien Premier ministre a taclé des gens sans les nommer. Des gens qui, selon lui, se sont investis dans des projets de déstabilisation de la Guinée.

« On connait  au temps de Conté, qui formait des coups contre la Guinée et qui avait l’intention de faire venir la rébellion dans le pays », a-t-il affirmé sans citer le ou les intéressés.

Et d’ajouter : « Quand on est opposant, il ne faut pas qu’on s’énerve. Sinon on risque de trop parler. Il y a un jeune du nom de Ben qui allait suivre des formations pour ça  au Burkina Faso. Et actuellement il est à la Présidence. Donc on connait beaucoup ».

Revenant sur l’encerclement de son domicile, Sidya Touré a soutenu qu’il s’agit d’opérations d’intimidations qui n’ont aucun effet sur sa personne. « Nous sommes trop vieux pour ça. On va toujours dénoncer et s’ils ne font pas ce qu’il se doit, on va descendre encore dans la rue », a-t-il dit devant des centaines de militants et autres curieux.

 

Sériane Théa
+224 622 85 68 59
contact@kaloumpresse.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*