lundi , 16 septembre 2019

Eliminatoires CAN 2015: Les petites affaires de la ministre Domani Doré

A Casablanca, à l’occasion de la 3ème journée de la rencontre des éliminatoires de la CAN 2015 mettant aux prises le Syli National et les Black Stars du Ghana, le nom de madame Domani Doré, ministre des sports, a alimenté toutes les conversations.

 

En raison de sa gestion approximative des dossiers sensibles, des cas de surfacturations signalés par-ci du mépris pour les journalistes de la RTG par-là. Tout y est passé. Des comportements qui ternissent l’image du gouvernement de Mohamed Said Fofana et à la limite du Professeur Alpha Condé qui place la lutte contre la corruption et la moralisation de la gestion publique au sein de ses préoccupations.

Double prime de la ministre et colère du premier ministre qui proteste

A la veille du match entre le Syli national et les Black Stars du Ghana qui s’est déroulé le 11 Octobre 2014, pendant que les yeux étaient rivés sur les préparatifs, c’est le premier ministre Mohamed Said Fofana qui appelle un haut responsable de la Féguifoot pour protester contre le fait que Domani Doré, ministre de la République, ait son nom sur deux listes pour une double prime, pour la même mission.

En effet, le DAF du ministère, Amara Dabo, aurait établi une liste officielle de 35 membres de la délégation dans laquelle figure le nom de sa patronne. Alors que cette dernière avait déjà perçu ses frais de voyages via le ministère des Finances. Le premier ministre était en colère et a conséquemment protesté et dénoncé ce comportement hautement répréhensible.

La surfacturation de 105 euros à 400 euros des chambres d’hôtels des Ghanéens.

Amara Dabo, le DAF du ministère doit nécessairement se justifier et rendre compte de sa gestion calamiteuse de cette mission au Maroc. En effet, il est de coutume, en match international, que le pays qui reçoit prenne en charge l’adversaire. Vu que les matchs du Syli National, pour cause d’Ebola, sont délocalisés au Maroc, il est donc revenu aux Guinéens d’héberger les Ghanéens. Pour ce faire, il était prévu de loger André Ayew et ses coéquipiers à l’hôtel « Oum Palace ». Mais, pour des raisons de confort, la délégation ghanéenne a requis un changement d’hôtel. L’hôtel Hayyat étant plus cher, les Ghanéens ont promis de payer le complément pour être mieux logés. Ce qui fut fait.

Mais, à la réunion technique de la veille, c’est lorsque le commissaire du match a voulu comprendre comment les Ghanéens ont été logés que le deal a été découvert. Alors que dans la rubrique hébergement des documents officiels guinéens, il était lisiblement mentionné 400 euros multipliés par 35 membres de la délégation ghanéenne. Il n’en fallait plus pour que le chef de la délégation ghanéenne lève le doigt pour signifier au commissaire du match que c’est 105 euros par chambre que la Guinée a payé pour les 35 officiels de son pays. Pendant ce temps l’Etat guinéen a été facturé à hauteur de 400 euros par le DAF, M Dabo, au grand dam du contribuable. Il est évident qu’en pareille situation, au risque de se créer des ennuis, le DAF agit toujours en complicité avec son ministre. On comprend alors pour quoi le sieur Dabo se comportait à Casablanca comme l’aide du camp de la ministre Domani Doré. En sa qualité du bras financier, c’est lui qui tenait son sac par tout. Pour vue que les deals autour du Syli National aboutissent à des résultats probants. Il ne faut surtout pas laisser une parcelle de pouvoir à la Féguifoot censée gérer une telle situation.

A Accra, Domani Doré demande à l’ambassadeur Sidibé de ne pas prendre les envoyés spéciaux de RTG en charge pour Tamalé

Pour des raisons qui lui sont propres, Domani Doré, a instruit M. Kaba, l’ambassadeur de la Guinée au Ghana, de ne pas prendre en charge les envoyés spéciaux de la RTG à Accra et à Tamalé, ville située à 600 kilomètres de la capitale Accra. Kakoro Bomba, Kaba Magassouba et un troisième ont été obligés de s’embarquer à bord d’un bus peu confortable avec des routes mal entretenues pour se rendre à Tamalé. Pourtant, l’ambassadeur Sidibé, qui est certainement le plus dynamique et le plus actif des représentations diplomatiques guinéennes, s’était porté volontaire d’acheter de billets d’avion pour que les journalistes de la RTG fassent une heure de route comme tous les autres membres de la délégation guinéenne. Il a même fallu l’intervention du ministre Mohamed Diané de la présidence de la République pour que nos confrères partent à Tamalé. Les frais de voyage qu’ils ont perçu à Conakry, ont-ils dit, ne suffisaient pas pour assurer leurs voyages sur Accra.

Le chiot de compagnie de la ministre des sports de Conakry à Casablanca.

Alors qu’elle refusait que les envoyés spéciaux de RTG rallient Tamalé par avion, Domani Doré est partie de Conakry avec un chiot de compagnie. Pour lequel, elle a pris un billet d’avion et qu’elle exhibait fièrement à Casablanca. C’est à la veille du match qu’il a été révélé que ce chiot est cher à Madame. Que vaut un chien devant des êtres humains ? Il va falloir que Domani Doré réponde un jour à cette question. En tout cas, le gouvernement et le Professeur Alpha Condé ont-ils besoin d’une ministre qui ne sait qu’éclater de rire et qui joue à l’étonnée toutes les fois que vous parlez de sports. Certains observateurs pensent que Domani donne l’impression d’une ministre qui est consciente de son départ imminent du gouvernement et que c’est pour cette raison qu’elle court dans tous les sens pour s’en mettre pleines les poches. Bon appétit donc à Domani Doré.

A suivre

Marco Ibrahim (in Fax de Guinee)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*