samedi , 15 décembre 2018

Cas d’Ebola au Mali : la Guinée reconnait sa responsabilité « directe » et « indirecte »

La Guinée a déclaré samedi qu’elle reconnaissait sa responsabilité  »directe » et  »indirecte » dans le seul cas de fièvre Ebola détecté à date sur une fillette de 2 ans, à Kayes, au Mali la semaine dernière.

C’est le Coordinateur national de la riposte à Ebola, le Dr Sakoba Kéita, qui a fait la déclaration lors d’une conférence de presse. La Guinée a engagé des équipes d’enquêteurs pour investiguer sur les conditions dans lesquelles la fillette et sa grand-mère ont voyagé de Beyla à Kayes, en passant par Kouremale, et Bamako, entre autres.

Les autorités guinéennes cherchent surtout à comprendre comment les deux personnes sont parties de la Guinée alors que la maman de la fillette est décédée quelques jours auparavant de la fièvre hémorragique.

Selon le Dr Kéita, il existe déjà des défaillances dans le système de santé et de contrôle des suspects. Mais il reconnait qu’il est nécessaire d’aller pas-à-pas pour éviter de tels évènement à l’avenir.

S’exprimant devant les journalistes le samedi dernier il a avoué que les responsabilités directe et indirecte de la Guinée sont engagées dans tout ce qui est arrivé. Sans donner plus de détails. « On ne dit pas qu’il n’y a pas eu défaillances, mais on est en train de les identifier’’, a-t-il affirmé.

En attendant l’aboutissement de ces enquêtes, le Coordinateur national de la riposte à Ebola déconseille certaines pratiques coutumières comme les salutations d’usage et les présentations de condoléances qui ont la peau dure dans les sociétés africaines et qui, malheureusement, sont à l’origine de la propagation d’Ebola.

« Le problème ce sont les cérémonies funèbres et les présentations des condoléances. Les maliens ne savaient pas que la femme venait en Guinée pour présenter ses condoléances suite à la mort de sa fille. Elle disait que cette dernière est morte par suite d’un envoutement alors qu’elle est décédée d’Ebola », a regretté l’officiel guinéen.

 

 »Après son séjour, elle est repartie avec sa petite-fille qui, malheureusement portait déjà la maladie’’, a expliqué Sakoba Kéita.

Mamady Fofana

+224 622 85 68 59

contact@kaloumpresse.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*