vendredi , 19 octobre 2018

Présidence de la République: Kassory Fofana promu ministre d’Etat

Ibrahima Kassory Fofana, ancien ministre de l’Économie et des Finances, député non inscrit au Parlement guinéen, vient d’être nommé ministre d’Etat à la Présidence de la République chargé des questions d’investissement et des partenariats publics et privés. C’est un décret lu sur les antennes des médias d’Etat ce lundi soir.

 

 

Économiste de formation, Ibrahima Kassory  est le leader du parti ‘’Guinée Pour Tous’’.  Désormais, il va présider Conseil présidentiel des investissements et des partenariats publics-privés, créé le 17 octobre dernier.

L’ancien ministre de l’économie et des finances de l’ex-président Lansana Conté, Kassory Fofana vient de bénéficier ainsi de la confiance du chef de l’Etat le Pr Alpha Condé, avec lequel il entretenait depuis quelques années des relations plutôt ternes.  Sa nomination vient également mettre fin à une folle rumeur qui le donnait pour échoir à la Primature en remplacement de Said Fofana.

 

Kassory est connu comme un cadre hautement compétent, féru des dossiers économiques. Il faut rappeler que l’économie guinéenne avait connu sa débâcle après son départ . Egalement connu pour être un homme de poigne,  »Don Kass » comme l’appellent certains, est également diplômé des universités américaines. L’annonce de sa nomination ce lundi à la radio nationale a été accueillie par ses concitoyens avec beaucoup d’espoir et de ferveur. 

L’ancien ministre des Finances de Lansana Conté avait apporté son soutien au Pr Alpha Condé lors de la présidence de 2010 face à  l’ancien Premier ministre Cellou Dalein Diallo.

 

S’il est vrai que le code électoral guinéen indique dans son article L 133, que ‘’l’exercice de toute fonction publique non élective est incompatible avec le mandat de député’’, le même document clarifie  à l’article L 134 que ‘’les députés peuvent, au cours de leur mandat, être chargés par le Chef de l’Etat de missions administratives temporaires, avec l’accord du Bureau de l’Assemblée Nationale’’.

En clair, précise le code, « le cumul du mandat de député et de la mission ne peut excéder six mois ».

« A l’expiration de ce délai, la mission cesse d’être temporaire et est régie par les dispositions de l’article L 133 à moins qu’elle n’ait été renouvelée par décret pris en conseil des Ministres pour une nouvelle période de six mois sans que la durée totale de la mission puisse excéder vingt-quatre mois. En tout état de cause, l’exercice du mandat de député est suspendu pendant la durée de la mission ; il reprend à l’expiration de celle-ci », conclut le code électoral guinéen.

Aliou BM Diallo
+224 622 254 564   
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*