vendredi , 18 octobre 2019

Les idées les plus hilarantes pour combattre Ebola en Guinée

Depuis l’apparition d’Ebola en Guinée en début d’année des Guinéens proposent des méthodes de lutte contre l’épidémie aussi surprenantes les unes que les autres. En voici quelques-unes.

 

Un tradi-praticien qui a annoncé que l’oignon est le remède le efficace contre la fièvre hémorragique a failli plongé le pays dans une crise d’oignon.

 

Pour éviter toute contamination certains sont morts en buvant de l’eau contenant une importante quantité de chlore concentré. D’autres préfèrent aussi laver les habits avec de l’eau de javel pour éliminer le virus. La grande partie de ces habits sont désormais hors-usage.

 

Que dire de ceux qui pensent qu’il est nécessaire de fermer tous les marchés y compris Madina, le plus grand marché du pays ? Pour ceux-ci c’est le moyen le plus sûr d’éviter les frottements de personnes et éviter la propagation de la maladie.

 

En plus des marchés, d’autres suggèrent aussi la fermeture des lieux de culte, l’interdiction des cérémonies de baptême, mariage, et toutes les cérémonies funèbres sur l’ensemble du territoire nationale. Bref c’est toute la vie qui s’arrête.

 

Plus surprenant encore, d’autres proposent d’arrêter les moyens de transport en commun comme le train Conakry Express, les taxis, les minibus et les bus de la SOTRAGUI.

 

Ceux qui pensent au service minimum estiment que les bus peuvent rester en circulation, mais qu’ils soient dotés chacun de thermoflash pour les tests de températures, et d’eau de javel, pour le lavage des mains. Cette dernière proposition suscite des interrogations. Comment faire respecter ces précautions quand on sait que la montée dans Ces bus et minibus aux heures de pointe ressemble frisent de véritables bagarres musclées ?

 

Dans les ministères en charge du système éducatif certaines pensent qu’on peut doter toutes les écoles du pays de thermoflash et de kits sanitaires pour le lavage des mains des élèves et du personnel enseignant.

 

Pour combattre Ebola, les autorités se battent pour impliquer les marabouts et autres tradipraticiens dans la lutte. Cette stratégie est bien fondée. Car c’est vers ces guérisseurs que les malades d’Ebola se tournent, la médecine moderne ayant déclaré officiellement que la maladie n’a pas de remède. Mais le problème est que ces guérisseurs propose l’urinothérapie. En clair, ils pensent que l’urine de ceux qui sont guéris d’Ebola peut soigner les personnes infectées. La Coordination nationale de riposte à Ebola réfléchit à cette proposition.

 

Mamady Fofana

+224 622 85 68 59

contact@kaloumpresse.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*