mardi , 20 novembre 2018

Guinée : au coeur d’Ebola

En Guinée forestière est apparu, il y a dix mois, le premier cas d’Ebola en Afrique de l’Ouest. Depuis le mois d’août, le nombre de malades qui arrive au centre Médecins sans frontières (MSF) de Macenta, au sud-est de la Guinée, augmente inexorablement. Les locaux sont d’ailleurs devenus trop petits  : les 30 lits sont désormais insuffisants. Et surtout on ne soigne pas les cas détectés.

Le centre de Guéckédou, où les malades d’Ebola sont pour l’instant traités, est le plus grand géré par MSF en Guinée. Il compte 110 lits et accueille tous les patients de la zone forestière. Certains arrivent même du Libéria voisin, où l’épidémie sévit également. Faute de traitement contre le virus, seuls les symptômes sont soignés. A savoir la fièvre, la douleur, les vomissements et les diarrhées. Les équipes médicales « se concentrent sur tous les éléments (qui) aident la personne à construire son immunité ».

Quand ils ont repris des forces, les patients peuvent renouer avec leur famille et évoquer leur victoire sur la maladie. Car malgré le dévouement des équipes médicales au centre de Guéckédou, 60 à 70% des malades d’Ebola décèdent.

Une nouvelle structure de traitement devrait voir le jour dans la localité de Macenta. A la mi-novembre, MSF doit livrer clé en main un centre de 50 lits qui sera géré par la Croix Rouge française.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*