mardi , 19 mars 2019

Drame de Womey : le torchon brûle entre Avocats sans frontière et Me Cheick Sakho

Depuis la semaine dernière, les relations ne sont pas au beau-fixe entre Avocats sans frontière et le ministère guinéen de la justice, Garde des sceaux.

Ce torchon qui brûle entre les deux antagonistes est né de l’empêchement d’une délégation des défenseurs  des droits de l’homme partie récemment  pour enquêter sur le drame de Womey.

 

Cette semaine, le ministère de la justice a interpellé le Bâtonnier de l’Ordre national des avocats, et a exigé des explications sur la mission d’enquête d’Avocats Sans Frontières à Womey.

En réaction à la déclaration du ministre de la justice guinéenne, Me Cheick Sakho,  les défenseurs des droits de l’homme parlent de ‘’diversion’’.

‘’Le Ministre de la Justice a le regret d’apprendre qu’un groupe d’avocats de l’ONG *Avocat sans frontière* s’est rendu à Womey, préfecture de Nzérékoré la semaine dernière, en dépit de l’ouverture d’une procédure judiciaire, prétendant avoir une autorisation administrative. Dans le cas d’espèce, seule une autorisation judiciaire (juge d’instruction) peut permettre d’avoir accès au lieu de la commission des crimes. Une telle attitude est regrettable’’, indique la lettre du ministre Cheik Sacko.

Contre toute attente d’une telle réaction du ministre de la justice, les avocats ont considéré cela comme une ‘’diversion’’ et estimaient avoir ‘’un soutien’’ de la part du ministre.

‘’Nous n’avons pas besoin de l’autorisation du ministère de l’administration pour exercer une mission quelconque’’, réagi avec vigueur l’avocat, Me Emmanuel Bamba de la Ligue guinéenne de défense des droits de l’homme (LIGUIDHO).

Pour sa part, Nouhan Traoré estime que la déclaration du ministre est ‘’une entrave au libre exercice des ONG dans leur mission’’.

Dans une déclaration conjointe, le collectif d’avocats et de défenseurs de droits de l’homme souligne : ‘’qu’on ne peut réparer une injustice en commettant d’autres. C’est pourquoi nous demandons au gouvernement d’ordonner le retrait de toutes les forces de défense et de sécurité actuellement postées à Womey et d’éviter les arrestations arbitraires et abusives ou tout pillage ou vol sur les populations civiles’’.

Aliou BM Diallo
+224 622 25 45 64
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*