dimanche , 18 novembre 2018
Flash info

Le pétrole découvert au Sénégal, la Guinée peut encore espérer

La zone offshore de l’Afrique de l’Ouest regorge de pétrole. La thèse se confirme avec l’annonce par Cairn Energy de la découverte de pétrole à 100 kilomètres des côtes du Sénégal. De quoi réconforter les Guinéens dans leur rêve.

 

Le 2 octobre 2011, à l’occasion du 53è anniversaire de l’indépendance de la Guinée, la compagnie Texane Hyperdynamics lançait en présence des autorités guinéennes, en pleine mer, son premier forage d’exploration pétrolière en Guinée. Sabou-1, c’est le nom du puits, avait suscité beaucoup d’espoir.

 

La compagnie et le gouvernement guinéen avaient exprimé leur souhait de voir le pays consommer du pétrodollar. Dans des milieux hauts placés à Conakry on avait ouvertement annoncé que le pétrole allait couler à flot. « Le début du premier puits est très important parce qu’il permettra à la Guinée de figurer parmi les pays producteurs de pétrole », avait dit Mohamed Lamine Fofana, alors ministre des Mines et de la Géologie.

 

Seulement, le 15 février 2012,  Hyperdynamics annonçait dans un autre communiqué avoir bouclé le premier puits avec succès, sans pour autant découvrir de l’or noir. Mais que des résidus démontrant l’existance qu’un volume important de pétrole a émigré par là était visibles.

 

Hyperdynamics avait indiqué que les résultats de Sabu-1, situé non loin du premier puits foré en 1977 et qui n’avait pas été concluant, fournit les preuves de l’existence évidente d’hydrocarbures dans la zone et encourage la poursuite les explorations. Toujours est-il que ce résultat enregistré, la société texane avait rapidement conclu un deal avec Tullow-Guinée. Ce qui a permis à la filiale de la compagnie britannique Tullow Oil, de rafler 40% de sa concession d’exploration en offshore en Guinée, pour 27 millions de dollars.

 

Après le Ghana, la Côte d’Ivoire officiellement rentrés dans le cercle des producteurs du pétrole, le Sénégal estime déjà les réserves de son puits à 250 millions de barils de pétrole avec une probabilité d’atteindre 2,5 milliards de barils.

 

Même si on se méfie de tout raisonnement par analogie, les perspectives de découverte de pétrole brut  en Guinée semblent meilleures. En attendant le résultat du prochain puits de Tullow, le rêve de rentrer tôt ou tard dans le club très fermé des pays membres de l’OPEP est permis. Alors, Yes, We can dream again!

 

Mamady Fofana

+224 622 85 68 59

contact@kaloumpresse.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*