vendredi , 19 avril 2019
Flash info

Insécurité et inpunité: le 1er imam de la grande mosquée de Conakry recommande désormais l’application de la  »charia »

Samedi, à l’occasion de la célébration de la fête de l’aïd Kabîr ou fête de Tabaski, le premier imam de la grande mosquée Fayçal de Conakry, El hadj Mamadou Saliou Camara a exhorté dorénavant, à  l’application de la loi islamique divine en Guinée (charia), qui recommande que quiconque tue délibérément soit tué à son tour.

 

La Guinée depuis quelques années connaît une recrudescence notoire de crimes de toutes sortes, et dont la plupart sont restées jusque là impunis.

Déplorant ces violations répétées des droits humains dans le pays, l’imam ratib de Conakry a indiqué que  « dans un  pays où on ne pratique pas la loi, c’est la  pagaille »

 

C’est pourquoi, a précisé l’imam,   »nous les chefs religieux, on veut que désormais que celui qui tue, on le tue ! Nous les chefs religieux, nous allons passer directement avec  la loi sainte de Dieu (Charia, ndlr). Celui qui tue, on le tue directement’’, a martelé le religieux, dans un ton inhabituel et visiblemet très en colère.

Mais, a-t-il averti, ‘’tout le monde ne sera pas tué. Seulement celui qui tue doit être tué aussi, devant tout le monde. Pour que les gens sachent qu’on ne doit pas tuer quelqu’un comme ça à cause de l’argent ou autre chose’’.

En cette situation de galère, El hadj Camara reconnaît que la Guinée traverse une fois encore un moment difficile de son histoire depuis qu’elle est  frappée par le virus Ebola.

Dans une autre déclaration dimanche soir, le collectif des imams de Guinée souligne que tout le peuple est éprouvé sans exception. Certains sont directement victimes et d’autres indirectement. Les conséquences de cette maladie sont multiples, annonce le premier Imam Camara.

« Pas de Hadj (pèlerinage) en 2014’’. Une décision des autorités saoudiennes jugée « très difficile mais acceptable car un musulman attend toujours le destin. Frontières fermées, aéroport et hôtels restés presque vides. Les écoles restent encore fermées jusqu’à nouvel ordre. Tout ceci, à cause d’un ennemi commun qui est Ebola et qui nous enseigne beaucoup de choses », souligne le leader religieux.

 »En cette douloureuse circonstance, la Guinée connaît aujourd’hui ses amis et ses ennemis par rapport à cette maladie » a indiqué El Hadj Saliou Camara qui a tout de même fait remarquer  »qu’Ebola est certes venue, mais elle peut aussi partir tout de suite’’.

 

Mamady Fofana

+224 622 85 68 59

contact@kaloumpresse.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*