mercredi , 18 septembre 2019
Flash info

Tabagisme : Agir pour sauver les guinéennes accros à la cigarette

Au moins 55% de la population guinéenne fument, selon les conclusions de trois enquêtes réalisées entre 1998 et 2014 qui ajoutent que 10% de ce taux sont constitués de femmes.

 

Selon l’Association « Santé Bien-être pour Tous », il y a urgence. La Guinée doit vulgariser la Loi nationale anti-tabac promulguée par le président de la République en novembre 2012 pour sauver des vies humaines.

 

D’après le président de cette ONG, Abdoulaye Bademba Barry, les guinéens ne doivent plus occulter le tabagisme qui décime dans le silence à travers des maladies mortelles et qui présente un risque de décès prématuré extrêmement élevé.

 

Ces enquêtes révèlent en outre qu’en milieu scolaire, l’âge de la première cosommation de cigarette remonte à 12 ans.

 

« Avec CDC Atlanta, on s’est rendu compte qu’au niveau de ces couches juvéniles très précoces, les jeunes pouvaient fumer 2 à 3 paquets de cigarettes par jour », explique le président de « Santé Bien-être pour Tous ». « Pourtant, plus on fume trop, plus l’espérance de vie est réduite à 25%. Pour un enfant de 10 ans qui commence à fumer, si on enlève 25 ans, difficilement il atteindra ses 30 ans, vu que l’espérance de vie du guinéen est de 55 ans », indique-t-il.

 

Sur la situation des femmes qui fument, il dit être préoccupé par celles qui sont enceintes. Lorsqu’une femme en grossesse fume, il y a une chance qu’elle mette au monde des enfants mort-nés ou des enfants dénaturés, selon ses explications.

 

Abdoulaye Bademba Barry est au regret de constater que 50% des malades dans les hôpitaux sont des fumeurs. D’après l’ONG, le tabagisme est une des principales causes de mortalité dans le monde. Fumer du tabac provoque du cancer de poumon, du larynx, du rein, de la vessie, de l’estomac, (…) les accidents vasculaires cérébraux, des fausses couches, des accouchements avant terme causant ainsi d’atroces  souffrances humaines.

 

L’objectif de la Loi anti-tabac promulguée par Alpha Condé vise à protéger les générations présentes et futures, des effets sanitaires, sociaux et environnementaux dévastateurs de la consommation du tabac et de l’exposition à la fumée du tabac.

Le délai de 2 ans accordé aux fabricants et importateurs du tabac et ses produits en vue de se conformer aux dispositions de la loi expire à la fin de novembre 2014. C’est pourquoi l’ONG invite les autorités du pays à tous les niveaux, à prendre toutes les dispositions utiles et idoines en vue de faire respecter les dispositions.

 

Aliou BM Diallo

+224 622 254 564

contact@kaloumpresse.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*