vendredi , 18 octobre 2019

Massacre du 28 septembre 2009 : la diaspora guinéenne dit ‘’ plus jamais ça !’’

Pour commémorer le 5è anniversaire du massacre du 28 septembre 2009 dans un stade à Conakry, la diaspora guinéenne à  Paris, a manifesté dimanche au cri de ‘’Plus jamais ça’’.
Plusieurs centaines de personnes ont défilé de la place de la Bastille à la République, avec des pancartes à bout de bras exhibant des photos de ce massacre et réclamant que justice soit faite.

Cette manifestation a été ponctuée par la présence de plusieurs figures politiques guinéennes en France. C’est le cas de Bah Oury vice-président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), Baïdy Aribot, député uninominal de Kaloum, Dr Fofana Oussou, député et président du groupe parlementaire de l’UFDG, Abdoulaye Baïlo Diallo, député de l’UFDG et Mamadou Baïlo Sy Savané, vice-président de l’OREP.

Fodé Oussou Fofana a salué à cette manifestation le ‘’courage’’ de Bah Oury. ‘’Nous disons haut et fort qu’il est le symbole de l’injustice du régime d’Alpha Condé. S’agissant des massacres du 28 Septembre 2009, nous demandons que justice soit faite et plus jamais ça en Guinée’’.

Baïdy Aribot, vêtu d’un t-shirt à l’effigie ‘’Tout sauf Alpha en 2015’’ a indiqué que ‘’le temps n’est plus à dénoncer mais à l’action. Tous les Guinéens doivent s’unir pour sauver le pays qui est en danger’’. Et de préciser qu’en 2015, il n’y a qu’un seul mot d’ordre: ‘’le départ d’Alpha Condé’’.

Le vice-président de l’UFDG à son tour de rappeler que plus de 55 ans après l’accession de la Guinée  à l’indépendance, les citoyens sont en manque de tout. ‘’Il n’y a ni eau ni électricité. Le chômage en masse frappe la jeunesse. L’insécurité est galopante. Des citoyens sont assassinés en plein air, sans aucune enquête policière et administrative. Alpha Condé sème la terreur et la violence contre tous nos compatriotes qui ne lui sont pas favorables’’.

Bah Oury exhorte à tous les Guinéens de se donner la main pour chasser Alpha Condé du pouvoir aux prochaines élections présidentielles. ‘’Nous nous y préparons. Vous pouvez compter sur nous’’, a-t-il assuré.

‘’Le devoir de mémoire collective nous impose de faire des choses pour que l’on n’oublie pas’’, déclare Mouctar Sall, membre du Collectif guinéen pour la bonne gouvernance.

Aliou BM Diallo
+224 622 25 45 64

contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*