mercredi , 20 mars 2019

Ebola : Voici comment le virus est parti de la Guinée vers le Sénégal

 

Le Sénégal a confirmé vendredi un cas positif au virus Ebola sur un étudiant guinéen en vacances à Dakar. Le jeune de 21 ans, étudiant en Sociologie à l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia, en banlieue de Conakry, a été placé en quarantaine au Centre hospitalier national universitaire de Fann.

 

 

Mais comment en est-on arrivé là. Comment le Sénégal qui a fermé, ouvert, refermé et rouvert ses frontières terrestres avec la Guinée a pu notifier le premier cas d’Ebola sur son territoire ?

 

Les premiers éléments de réponses en notre possession émanent du ministère guinéen de la Santé.

 

C’est que la famille du jeune homme, dont le nom est gardé jusque-là confidentiel par crainte d’être stigmatisé, a reçu un de ses fils en provenance de la Sierra Leone. Celui-ci était déjà malade. Nous sommes alors le 8 août 2014.

 

Dans un petit village appelé Laya, préfecture de Forécariah, environ 100 km de Conakry, la famille garde le malade sans se poser des questions sur la maladie dont son fils souffre. Il meurt deux jours plus tard, le 10 août. Son enterrement a lieu le lendemain, en présence de tous les membres de la famille, y compris l’étudiant interné à Dakar et les citoyens de la bourgade.

 

Les cérémonies funèbres passées, le jeune homme de 21 ans quitte la Guinée, le 15 août, pour le Sénégal par voie routière. Le même jour, sa maman et quelques-uns des éléments de la famille présentent des symptômes d’Ebola. On réalise, enfin, qu’il y a péril au village.

 

L’hôpital préfectoral de Forécariah est alerté. La mère est transférée dans ce centre hospitalier. Le 26 août, elle et quatre autres personnes sont transférées au centre traitement d’Ebola à Conakry. Des tests réalisés confirment le pire. Nous sommes face à des cas d’Ebola.

 

Le lendemain, le 27 août, cette mère et une de ses filles meurent du virus. Une course contre la montre est lancée pour répertorier les personnes qui ont assisté à l’enterrement de la première victime venue de la Sierra Leone. Au total 75 contacts sont enregistrés, à l’issue des investigations.

 

Seulement, voilà. Au cours des interrogations, les services sanitaires guinéens apprennent qu’un membre de la famille a quitté le pays. Ils s’aperçoivent qu’il a emprunté des véhicules de transport en commun, pour rallier la capital sénégalaise.

 

La Guinée met l’OMS à contribution. Les autorités sanitaires sénégalaises sont alertées. La famille d’accueil du vacancier guinéen est repérée. L’étranger est tout de suite invité à réaliser une batterie de tests. Le premier se révèle négatif. Le ministère de la Santé du Sénégal n’abandonne pas. Le second test révèle finalement la présence du virus mortel dans le corps de l’étudiant. Il est alors mis en isolement à l’hôpital de Fann où son état s’améliore, selon Dakar.

 

En Guinée deux de ses frères testés positifs sont isolés au centre de traitement d’Ebola à Conakry-Donka.

 

Elie Ougna

+224 622 85 68 59

contact@kaloumpresse.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*