lundi , 16 septembre 2019

Affaire 4 milliards CFA de la BCRG: Le  »Quotidien » du Sénégal recule et publie le droit de réponse de la BCRG

Après avoir annoncé haut et fort qu’il ne publierait pas le droit de réponse de la Banque Centrale de la République de Guinée, relative à la chronique de ces derniers jours, »4 milliards d’Alpha Condé interceptés à Dakar », le confrère sénégalais est revenu sur sa  décision en publiant un avant-goût dudit droit de réponse sur son site internet. La seconde publication devra certainement être faite dans la version papier du Quotidien le lendemain. Par ailleurs, il faut rappeler que la BCRG avait menacé de trimballer le confrère sénégalais devant les tribuneaux au cas où il se refusait de publier sa version des faits à elle. Elle avait aussi indiqué que cette opération n’avait aucun rapport avec le président Alpha Condé, et que ce rapatriement de fonds était régulière et se pratique de nos jours entre les banques centrales. Lisez!

 

 

Le Quotidien a reçu ce matin, à 1H00 du matin, alors que l’édition du jour était déjà bouclée, la note suivante, de la part des autorités de la Banque centrale de la République de Guinée (BCRG). Nous la publions sur le site Internet, avant de revenir plus largement dans l’édition papier.

 

«Un article aurait paru ce samedi 23 octobre dans les colonnes du « Quotidien » (un journal Sénégalais), faisant état de la saisie de 4 milliards de francs CFA qui appartiendraient au Président Alpha CONDE.

 

La Banque Centrale de la République de Guinée, en démentant avec la dernière énergie une telle affirmation, apporte dans ces lignes les précisions qui s’imposent.

 

Il s’agit tout d’abord d’indiquer que les fonds qui ont fait l’objet d’investigations il y a deux semaines de la part des douanes Sénégalaises, sont et demeurent la propriété de la Banque Centrale de la République de Guinée.

 

Comme toutes les Banques Centrales, la BCRG procède de temps en temps, en fonction des demandes des banques primaires, à des expéditions de valeurs auprès de ses correspondants étrangers. Actuellement un contrat lie dans ce cadre la BCRG à la Société MSS LLC, une filiale de la société de transport international de valeurs, Brink’s en l’occurrence.

 

Les fonds sont transportés, faut-il le rappeler, par la Compagnie Emirates. En raison de la deuxième suspension de vols d’Emirates sur la Guinée due à la recrudescence de la fièvre hémorragique à virus Ebola en Sierra Léone et au Libéria, la Société MSS LLC a affrété, le 8 août 2014, un vol spécial pour récupérer les fonds à Conakry en vue d’un transbordement sur Emirates à Dakar, et ce, après toutes les formalités douanières sur place. Il convient de rappeler qu’avant l’expédition, la Société MSS a pris l’attache de la subdivision des douanes de l’Aéroport de Dakar pour information.

 

C’est justement lors de ce transbordement qu’un fonctionnaire des Douanes de l’Aéroport de Dakar a hâtivement porté l’opération à la connaissance du Ministre Sénégalais de l’Economie et des Finances.

 

Informé de la situation, le Gouverneur de la BCRG, M. Louncény NABE, a immédiatement pris contact avec le Ministre Délégué au Budget, puis avec le Ministre de l’Economie et des Finances du Sénégal, lesquels, après avoir regretté l’incident, ont donné les instructions nécessaires pour résoudre le problème. Le Ministre Sénégalais de l’Economie et des Finances aurait pris soin auparavant de demander l’avis de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), qui, il faut le signaler, procède très souvent à des opérations similaires, bien sûr de plus grande ampleur.

 

Comme on peut le comprendre, cette opération ne concerne ni le Président de la République, ni aucune autre Autorité politique ou administrative du pays. C’est une opération propre à la Banque Centrale destinée à l’approvisionnement des comptes de correspondants pour couvrir les opérations de transfert des banques primaires qui constituent des dépôts physiques auprès d’elle à cet effet. La question a été clarifiée par le Gouverneur avec les Autorités compétentes de la République du Sénégal sans aucune autre intervention.

 

Pour finir, il n’est pas superflu de préciser que la question du transbordement à Dakar n’a été posée qu’en raison de la suspension des vols d’Emirates sur la Guinée.

 

La Banque Centrale se propose de demander à son partenaire MSS de requérir du journal un droit de réponse en première page, avec à l’appui des excuses au Président de la République de Guinée. Faute de quoi MSS serait en droit d’engager des poursuites judiciaires contre l’organe de presse en question.

 

On peut trouver ci-joint, les dossiers administratifs y afférents.

 

LA BANQUE CENTRALE »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*