mercredi , 13 novembre 2019

Le Lt/Colonel Youssouf Traoré conteste sa suspension de la Fédération guinéenne de football

Suspendu de la Fédération Guinéenne de Football pour « faute lourde », le Ll/Colonel  Youssouf  Traoré, membre du Comité Exécutif de l’instance dirigeante du foot guinéen estime que la décision est nulle et de nul effet. Il l’a fait savoir dans un courrier adressé au Comité Exécutif de la FGF, la Commission de Discipline de la F.G.F et la Commission de recours de la FGF.

 

 

Ll/Colonel  Youssouf  TRAORE
Membre du Comité Exécutif de la F.G.F                 
Président de la Commission des Etudes
Stratégiques

A  l’attention :

Des Membres :
–    du Comité Exécutif de la FGF
–    De la Commission de Discipline de la F.G.F
–    De la Commission de recours de la FGF
CONAKRY

Objet : Lettre de Contestations et de Protestations pour
causes d’illégalité, d’illégitimité, de manque de
sincérité, d’objectivité et de probité reprochables
à la prétendue Décision de suspension pour faute
lourde du Colonel Youssouf TRAORE membre du
Comité Exécutif de la FGF.

Messieurs,

J’ai l’honneur  de vous adresser en tant que membre du CE, le présent courrier à l’effet de vous exprimer ma vive contestation et ma farouche protestation à l’égard de la légalité, de la légitimité, de la sincérité, de l’objectivité et de la probité de la prétendue Décision de suspension pour faute lourde que monsieur Salifou CAMARA Président de la FGF a prise à mon encontre.

En effet, je tiens à appeler votre attention chers collègues sur mes appréhensions relatives à la  légalité, à la légitimité, à la sincérité, à l’objectivité et à la probité de la prétendue Décision de sanction.

Au plan de la légalité de la prétendue Décision:

On se saurait se réfugier vaguement sous la formule ampoulée et mystificatrice de « faute lourde ». 
Il faut bien expliquer, expliciter et élucider son bien curieux contenu légal, légitime et objectif.
En effet, j’aimerais bien qu’on m’évoque les faits de violations des dispositions légales ou règlementaires des statuts de la FGF ou des directives et  règlements de la CAF et de la FIFA dont je me serais rendu coupable.
A mon avis,   et sauf preuves contraires je suis jusqu’à date à l’abri de tout reproche au niveau de la FGF.

Au plan de la légitimité de la prétendue Décision :

Les statuts de la FGF (article 33) et la convention standard de collaboration du 29 octobre 2007 entre la FIFA, les Fédérations et les Gouvernements conformément aux principes de base visés par les dispositions de l’article 2, sont respectueux des valeurs de l’élection démocratique, de la légalité, de l’éthique, de la transparence, de la justice, etc.

En conséquence, la suspension d’un membre du CE doit obéir à une procédure légale de mise en accusation, de comparution devant les organes juridictionnels avant toute sanction éventuelle visée par le code disciplinaire de la FGF.

Le statut de membre du comité exécutif s’acquiert par l’expression du suffrage universel des membres statutaires de la FGF et non par nomination.

Au plan de la sincérité et de l’objectivité du prétendu acte de suspension.

Je note sous le contrôle et le témoignage des membres CE présents à la réunion du 2 juin 2014 dans la salle de conférence du nouveau siège de la FGF que les amendements à l’ordre du jour proposés par le Colonel Youssouf TRAORE ont été retenus par le comité exécutif, dès lors leur application devient obligatoire conformément aux dispositions  de l’article  42. 1. b stipulant que le Président de la FGF est notamment responsable  de la mise en œuvre des Décisions de l’Assemblée Générale et du CE par le Secrétaire Général.

En effet, les points de l’ordre du jour initial étaient les suivants :
1-    Courriers
2-    Inauguration du nouveau siège de la FGF
3-    Pose de la 1ère pierre  de la construction de l’hôtel des sélections nationales
4-    Divers

Mes amendements adoptés sont résumés comme suit :

1-    La présentation, l’examen, les discussions, l’adoption et la validation du bilan annuel de l’exercice 2013 conformément aux dispositions de l’article 72 de la FGF et des dispositions de la note circulaire n° 1357 du 17 Mai de la FIFA relatives au nouveau règlement Général des Programmes de développement et amendement du règlement FAP.

2-    Le compte rendu de la réunion de travail à la Primature recommandée par le CE entre le Président Salifou CAMARA, le Président de la commission des finances, le Vice Président Djibril DIARRA Becken et le Vice Président de la commission des finances, Colonel Youssouf TRAORE autour des irrégularités constatées sur les documents comptables par la commission des finances à l’occasion de la réunion  préparatoire du 17 octobre 2013 pour l’Assemblée Générale à mi-mandat du 25 octobre 2013.

3-    Le réexamen de la légalité de la Décision de suspension prise par le Président Salifou CAMARA à l’encontre du Vice Président Djibril DIARRA Becken qui n’a auparavant pas bénéficié du principe universel de la présomption d’innocence et des procédures légales en la matière (mise en accusation, comparution, défense,  et éventuellement sanction motivée).

Ainsi, la suspension d’un membre du C.E doit obéir à une procédure légale, de mise en accusation, de comparution, de défense devant les organes juridictionnels de la FGF et de prise éventuelle de sanction à partir du code disciplinaire de la FGF qui n’est pas encore élaboré.

Aussi, sur les circonstances sommaires qui ont précédé ou motivé la Décision, est-il nécessaire de préciser que monsieur Laye Oumar KOULIBALY, membre du CE face à mes amendements proposés a dit que ceux-ci étaient importants et pertinents au point qu’ils méritaient d’être traités en réunion spéciale du CE. Il est revenu ensuite à Monsieur N’Fa CONDE d’appuyer en disant que l’accord du Colonel Youssouf TRAORE qui a soulevé la question réglait le problème.

Après le déroulement du cours normal de la réunion, sur les 4 points initiaux, contre toute attente et à la stupéfaction générale, monsieur Salifou CAMARA s’est emballé dans un réquisitoire incompréhensif  pour conclure que les points au titre des amendements soulevés par  le Colonel Youssouf TRAORE (pourtant retenus pour être discutés lors d’une réunion spéciale) sont rejetés et le Colonel est suspendu.

Ce qui m’a amené à vivement rétorquer pour lui dire qu’il ne dispose d’aucun pouvoir légitime et légal pour se permettre au regard de ce qui s’est passé et qui est sommairement décrit plus haut.

J’ai ajouté que le mobile de la Décision qu’il envisage est consécutif à mon inflexibilité de dénoncer la mal gouvernance administrative et financière de grande ampleur dont monsieur Salifou CAMARA se rend coupable fréquemment dans la gestion de la FGF à laquelle je refuse catégoriquement de m’accommoder.

Au  plan de la probité de la prétendue Décision de suspension du 3 juin 2014.

Les initiales ou préambules déclinant :
Vu le PV alors qu’aucun n’était encore élaboré au  3 juin 2014 (date de la prétendue suspension)
.
Vu les délibérations qui n’ont pas eu lieu au cours de la réunion (dans la mesure où après son réquisitoire unilatéral Monsieur Salifou CAMARA avait levé la séance avant de sortir), la prétendue Décision de suspension manque de probité morale et intellectuelle.

De ce qui précède : je conteste et proteste vigoureusement contre cette  prétendue Décision  de suspension dénuée de tout fondement légal, légitime, de sincérité, d’objectivité et d’honnêteté morale et intellectuelle.

En conséquence cette Décision de suspension est nulle et de nul effet.

Vous souhaitant bonne réception et en vous exhortant aux devoirs et obligations qui sont les vôtres, veuillez croire en l’assurance de  mes sentiments de considération distinguée.


Conakry, le 11 juillet 2014

Lt/Colonel Youssouf  TRAORE
Inspecteur des Douanes
Directeur Régional des Douanes de Kindia

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*