lundi , 23 septembre 2019

BEPC – Bac unique 2014 : le pétrole a coulé

Les examens de fin d’année session 2014 font revivre les mauvais souvenirs de l’époque Lansana Conté. Placés sous le slogan « Tolérance zéro », ils ont été paradoxalement émaillés de fuites de sujets avant les lancements des épreuves.

Le pétrole a coulé à Conakry, comme on le dit en Guinée pour parler de la fuite des examens. Dans bon nombres d’établissements de la capitale guinéennes, des élèves qui ne pouvaient rester sereins poussaient des cris de joie comme s’ils venaient d’être admis à leur examen.

 

« C’est dans les bandes de 20h qu’une amie m’a informée par téléphone que le sujet de français porte sur la liberté. Je lui ai demandé si elle était au sérieux et elle a juré », a confié une candidate rencontrée dans la commune de Ratoma. « J’ai immédiatement cherché un professeur de français pour qu’il m’aide à traiter ce sujet. C’est ce sujet qui a été exactement donné. Même une virgule n’a pas été changée », a expliqué  notre source dont nous préférons taire le nom.

 

Selon nos informations, les sujets circulaient dans des lieux comme l’aéroport de Conakry où les élèves se regroupent généralement pour réviser. Par Sms ou moyennant des modiques sommes, des candidats pouvaient obtenir les sujets avant d’entrer dans les salles d’examen.

 

« On n’arrivait pas à dormir à cause des cris des élèves et enseignant d’une école qui se trouve près de chez nous « , a confié un citoyen qui habite le quartier Wanidara dans la commune de Ratoma, en parlant des candidats au BEPC.

 

Selon plusieurs candidats, les sujets de mathématiques, physique, et anglais, sont les plus concernés par cette fuite en série.

Un étudiant diplômé nous a confié avoir traité régulièrement les sujets des Sciences Sociales dans les bandes de 4h30 à quelques heures de leur lancement.

Interrogée par le reporter de Kaloumpresse.com, la directrice communale de l’éducation de Matam Aïssata Deen Diallo a démenti ces informations en ce qui concerne sa commune. « Nous ne sommes pas au courant d’éventuelles fuites dans la commune de Matam ».

 

Toutes nos tentatives pour joindre le ministre de l’Enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation, Dr Ibrahima Kourouma, pour un commentaire sur ce phénomène se sont avérées vaines.


Zézé Enéma Guilavogui
+224 669 04 11 78
contact@kaloumpresse.com

 

——————–

Note de la Rédaction : Photo, le ministre de l’Enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation, Dr Ibrahima Kourouma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*