dimanche , 18 novembre 2018
Flash info

Il abat son petit frère lors d’une partie de chasse

Tout le village de Wéyakoré à 7 km du centre-ville de Lola en Guinée forestière est toujours sous le choc une semaine après une partie de chasse entre deux frères qui a tourné au drame.

 

Des témoins racontent que les deux frères Traoré ont des champs contigus. On les décrit comme des personnes sans histoires qui vivaient en harmonie dans ce petit village non loin des monts Nimba. Jusqu’au mardi 27 juin, quand Wotama Traoré abat son jeune frère Yènè Traoré à l’aide de son fusil de chasse après l’avoir confondu avec un gibier.

Les informations en notre possession sont difficiles à corroborer puisqu’elles viennent de l’auteur du crime. Elles soutiennent que ce jour, le jeune frère (Yènè Traoré qui est aussi la victime) décide d’aller à la chasse. Besace en bandoulière, fusil en main et torche attachée à la tête, il s’aventure en brousse à la recherche d’un gibier. Il est 22h passées lorsqu’il éteint sa torche, prend position non loin d’un arbre en attendant une éventuelle proie. Il s’endort aussitôt, terrassé de fatigue.

Wotama qui dit n’avoir pas été informé de l’initiative de son jeune-frère prend la même direction une heure plus tard. Il affirme qu’ils connaissaient tous les deux le même endroit pour être un lieu de prédilection des animaux.

Une fois sur le lieu, Wotama éteint sa torche. Celle de son petit frère, attachée sur la tête de celui-ci, projette une réfraction. Il croit alors être en présence d’un animal. Il s’approche à moins de 7m de ce qu’il croit être les yeux de son gibier. Yènè Traoré, plongé dans un sommeil profond ne bouge, ni ne fait aucun signe de vie.

 

Il vise dans la direction de la lumière et tire. Le choc est tellement violent que la victime ne lance aucun cri.

 

Wotame se précipite pour décapiter son butin. C’est en se moment qu’il s’aperçoit qu’il vient de tuer son petit frère.

 

Il se dirige au village, informe le reste de la famille avant de se rendre à la gendarmerie départementale de Lola.  « J’ai pensé aux yeux d’un animal alors que c’était sa torche qui était éteinte », a-t-il confié aux enquêteurs qui se sont rendus sur le lieu du crime. « J’ai tué mon jeune frère involontairement ».

 

Aux dernières nouvelles l’enquête a conclu à l’accident. Mais la gendarmerie qui a réclamé 500.000 francs guinéens (frais de carburant et déplacement, NDLR) avant de mener les enquêtes, exigerait 4 millions de francs guinéens pour libérer l’auteur du coup de fusil fatal.

Selon nos informations, la victime était mariée et père de six enfants. Elle avait la quarantaine bien dépassée.

Des informations concordantes indiquent qu’une partie du village recommande à la famille des sacrifices.  C’est la troisième fois, en effet, qu’elle est frappée par un drame similaire. Leur père s’était donné la mort à tirant une balle dans sa tête au motif que ses progénitures lui manquaient de respect. Dans un passé relativement récent le benjamin de la famille avait tué leur beau-frère, accidentellement aussi, pendant une autre partie de chasse en groupe.

Mamady Fofana

————–

Note de la Rédaction : Photo thématique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*