mardi , 21 août 2018
Flash info

Affaire des écoutes : Nicolas Sarkozy placé en garde à vue

L’ex-président de la République Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue, mardi 1er juillet au matin, selon une source judiciaire citée par l’AFP. Depuis le 26 février, il est au centre d’une information judiciaire ouverte pour « trafic d’influence » et « violation du secret de l’instruction ».

Il était arrivé un peu avant 8 heures au siège de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) de la police judiciaire (PJ) de Nanterre pour y être interrogé. 

Lundi, son avocat, Thierry Herzog, avait déjà été placé en garde à vue, ainsi que le magistrat Gilbert Azibert et Patrick Sassoust, avocat général à la chambre criminelle de la Cour de cassation. Les trois hommes sont interrogés dans le cadre de la même enquête. Leurs garde à vue ont été prolongées, mardi.

« RÉSEAU »

Comme l’avait révélé Le Monde le 8 mars, les enquêteurs pensent avoir mis au jour un « réseau » d’informateurs, au sein de la police et de la justice, susceptible de renseigner les proches de l’ancien président de la République dans les procédures judiciaires pouvant le menacer.

Les soupçons sont apparus au détour d’une information judiciaire pour « corruption » ouverte au printemps 2013 à Paris. Confiée aux juges Serge Tournaire et René Grouman, elle vise un éventuel soutien financier de la Libye à la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, en 2007.

Dans le cadre de cette procédure, les enquêteurs ont placé sous surveillance téléphonique plusieurs proches de l’ancien chef de l’Etat, puis M. Sarkozy lui-même, à partir de septembre 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*