jeudi , 18 octobre 2018

Le Brésil tient son quart

Le Brésil de Julio César a beaucoup souffert avant de se qualifier aux tirs au but pour les quarts de finale de « son » Mondial, samedi à Belo Horizonte (1-1 a.p., 3 tab à 2). Les Chiliens, qui ont touché la barre dans la dernière minute de la prolongation, peuvent nourrir de gros regrets.

Le tournant

La barre du Mineirao va devenir aussi funestement célèbre au Chili que les poteaux carrés de Glasgow à Saint-Etienne. La frappe de Mauricio Pinilla à la 120e aurait pu tout changer dans le dramatique duel sud-américain. Mais l’attaquant chilien de Cagliari, entré à la place d’Arturo Vidal à la 87e, a vu sa frappe de l’entrée de la surface revenir en jeu après un ricochet sur la transversale de Julio Cesar. La suite de l’histoire est d’autant plus cruelle pour la Roja que le sort du match s’est joué sur un nouveau tir sur un montant. Gonzalo Jara, l’auteur d’un « demi csc » sur l’ouverture du score du Brésil, a plongé le Chili dans le désespoir en trouvant le poteau lors de la séance des tirs au but.

L’homme du match

En stoppant les deux premiers tirs au but du Chili (Pinilla et Alexis Sachez), Julio Cesar a sauvé la Seleçao. Décrié pour son supposé manque de rythme, le gardien de Toronto (MLS) a fait taire les détracteurs. Il a aussi eu la chance des grands sur les deux montants décisifs des Chiliens.

Le match

Le premier 8e dans un Mineirao baigné de soleil a tenu toutes ses promesses : des duels intenses (7 cartons) et du jeu vers l’avant. Le Brésil s’est d’abord montré le plus dangereux. Isla aurait pu être sanctionné d’un penalty sur Hulk (14e), puis Bravo a écarté des coups francs (Neymar à la 15e, Hulk a la 18e). Mais le futur Barcelonais n’a rien pu faire face à David Luiz, à l’affût au 2e poteau pour marquer devant Jara sur un corner de Neymar relayé de la tête par Thiago Silva (18e).

Meilleur Chilien sur la pelouse, Alexis Sanchez a égalisé sur une touche mal jouée entre Marcelo et Hulk dont Vargas a profité pour le servir au coeur de la surface (32e). Neymar, à la relance, a vu un coup de tête détourné in extremis (36e) et une frappe lointaine d’Alves a fait peur au Chili (42e). Twitter s’est enflammé en seconde période après un but refusé à Hulk pour une main sur le contrôle qui lui avait permis de marquer de l’extérieur du… tibia (55e). Le Chili a répliqué par la plus belle action collective : un jeu à trois conclu par Aranguiz mais mis en échec, déjà, par Julio Cesar (64e).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*