vendredi , 13 décembre 2019

Matam : mauvais départ pour l’examen du BEPC

Le coup d’envoi du Brevet d’Etudes du Premier Cycle (BEPC) a été donné lundi sur toute l’étendue du territoire national. Au total, 118 839 candidats sont en lice. Comme l’édition passée, l’examen de cette année est placé sous le slogan  »Tolérance zéro ».

 

Seulement, à Matam, l’une des cinq communes de Conakry, des dérapages constatés par une délégation gouvernementale et notre reporter, puis reconnus par les responsables de l’éducation de la commue donnent déjà un mauvais signal.

 

Au Lycée 1er Mars, la délégation gouvernementale conduite par le ministre du commerce  Marc   Yombouno et l’Inspectrice générale de l’éducation Nènè Fatou Diallo a procédé au lancement de la première épreuve, la rédaction.

 

Dans ce centre, 598 candidats  dont 211 filles sont repartis  dans 20 salles de classe. Alors que les épreuves devaient être lancées à 9h, les élèves se livraient à un véritable défilé dans la cours et devant les salles d’examen à 8h45mn. Résultat, les candidats ont regagné les salles sans être soumis aux traditionnelles fouilles.

 

C’est en constatant l’arrivée de la délégation du gouvernement que le délégué du centre a déployé toutes ses cordes vocales pour appeler ses surveillants à rejoindre leur poste. Le comble est que plusieurs surveillants étaient absents. Des  candidats abandonnés à eux-mêmes.

Toute cette sainte pagaille n’a pas été du goût de la directrice communale de l’éducation de Matam, Aissata Deen Diallo. Très remontée par ce mauvais départ, elle a fustigé « une négligence » du chef du centre avant de menacer d’écarter tous ceux qui enfreindront aux principes de rigueur prôné par l’Etat.

Zézé Enéma Guilavogui

+224 669 041 178

contact@kaloumpresse.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*