lundi , 22 octobre 2018

Ebola : le bilan selon la Guinée

Sans surprise pour les journalistes, le ministère guinéen de la Santé a annoncé samedi un bilan de la fièvre Ebola inférieur à celui avancé cette semaine par l’Organisme mondiale de la Santé.

 

Ces chiffres font état de 250 cas confirmés à la date du 20 juin pour 158 décès. Selon le Dr Mamadou Rafiou Diallo, Directeur du Service National Promotion de la Santé, un total de 67 patients sont sorties guéris des centres d’isolement tandis que 15 malades restent hospitalisés à Guéckédou, Télimélé et Conakry.

« Les chaines de transmission des nouveaux cas ont été identifiés et des investigations sont en cours », a-t-il déclaré pendant une conférence de presse, réitérant « l’interdiction formelle de transfert des corps d’une préfecture à une autre ».

 

Une grande confusion continue de régner autour du bilan de la fièvre Ebola en Guinée. La question fâche le ministre de la Santé Colonel Rémy Lamah qui estime qu’elle n’a pas de sens.

 

Mais l’OMS a annoncé cette semaine un bilan de 254 cas confirmés, 88 cas probables et 56 cas suspects ainsi que « 264 morts » liés à l’épidémie.

 

Pour le Dr Sakoba Kéita, chef de la division prévention, lutte contre la maladie au ministère de la Santé croit pour sa part qu’il n’y a jamais eu de contradiction. « Chacun de nous a ses principe. L’OMS a des principes. C’est elle qui s’occupe des indicateurs. Chaque déclaration a des objectifs biens définis », a déclaré le Dr Kéita.

 

Sans démentir clairement le bilan de l’organisme mondial, le chef de la division prévention et lutte contre la maladie souligne que la Guinée a enregistré des dommages sur le plan de la stigmatisation et social. Nous avons eu des cas qui nous ont dit que ce n’est pas Ebola.

 

« Nous avons dans le même bureau les travailleurs de Medecins Sans Frontières, l’OMS et le ministère de la Santé. Tout chiffre qui sort de l’OMS nous l’avons. Cette guerre des chiffres crée par endroit des anxiétés et de la stupeurs. On ne veut pas minimiser ce que nous avons. Nous sommes en train de gérer des dommages collatéraux au niveau économique. La guerre des chiffres ne nous arrange pas. Aidez nous à nous concentrer pour venir à bout de la fièvre Ebola », a dit le Dr Sakoba Kéita.

 

 

Elie Ougna

+224 622 85 68 59

contact@kaloumpresse.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*