vendredi , 6 décembre 2019

La Justice ramène le gouverneur à l’ordre

Entre le ministère de la Justice et Garde des sceaux et le gouverneur de la ville de Conakry ce n’est plus le parfait amour. A l’origine, une initiative de Soriba Sorel Camara qui n’est pas du tout appréciée par la Justice.

Le 30 Mai, le gouverneur de Conakry, Soriba Sorel Camara, a adressé une lettre au ministère de la Justice lui intimant d’empêcher l’exécution de toutes décisions judiciaires en cours  dans le pays relatives aux conflits domaniaux.

Les huissiers de justice en charge d’appliquer toutes les décisions judiciaires furent les premiers à réagir en qualifiant l’acte de la première autorité de la capitale guinéenne  »d’interférence, d’abus de pouvoir et de rébellion ». Ces huissiers menacent toujours de suspendre toute activité à partir du 23 juin prochain si Sorel ne retire pas sa décision et ne présente pas ses excuses.

Le porte-parole du ministère de la Justice Ibrahima Béavogui précise aussi que son institution se désolidarise de l’idée du gouverneur, dont copie est déjà transmise à la gendarmerie, la police, les maires et les chefs de quartiers de la capitale.

 

« Le ministère de la Justice a été surpris et c’est pourquoi, nous avons rappelé à M. le gouverneur les limites de ses pouvoirs. Nous ne pensons pas qu’il soit dans les attributions de M. le gouverneur de suspendre les décisions de justice », selon Béavogui.

Pour le département de la Justice, « la plus haute autorité qui puisse arrêter une décision de justice, c’est la Cour Suprême ».

Zézé Enéma Guilavogui
+224 669 04 11 78
contact@kaloumpresse.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*