samedi , 7 décembre 2019

Soutien du CPG à Elie Kamano et Ousmane Gaoual: Un membre se désolidarise

REACTION — C’est avec étonnement que j’ai appris, en ma qualité de membre du CPG (Conseil des Patriotes Guinéens) par voie de presse, vendre 6 juin 2014, sans aucune forme de consultation des membres, comme à l’accoutumée, sous la signature de M. Bachir Kaba, que  « Le CPG soutient Elie Kamano et l’honorable Ousmane Gaoual.»

Au demeurant, en tant que citoyen guinéen, M. Bachir Kaba est libre d’apporter son soutien à n’importe quel parti politique, ou tout au plus, à qui il l’entend en Guinée. Sauf que dans le cas précis, il s’agit, d’une part, de politiciens guinéens élus au suffrage universel pour représenter une frange de la population guinéenne, et d’autre part d’un artiste sensé dénoncer les tares et de l’opposition guinéenne, et du pouvoir en place, qui appellent à l’insurrection populaire dans ma patrie, la Guinée, pour disent-ils, « chasser du pouvoir » un président démocratiquement élu.

Dans un état démocratique, quand un politicien, qui plus est député à l’Assemblée Nationale, représentant d’une frange de la population, appelle à une « insurrection populaire », je pense qu’il doit être poursuivi devant les juridictions compétentes.

En Guinée, le radicalisme politique (opposition et mouvance) est tel qu’aujourd’hui, le Conseil des Patriotes Guinéens, à défaut de dénoncer et fustiger ce comportement nocif des deux bords, ne doit en aucun cas apporter un quelconque soutien à l’un ou l’autre des protagonistes.

C’est pour cela qu’il faut garder raison de ne pas se laisser entraîner sur cette pente glissante. En tant qu’intellectuel guinéen, notre responsabilité historique nous l’avons toujours prise à des moments cruciaux de l’histoire de notre pays, et nous l’assumons pleinement.

Quand Baïdy Aribot, membre du bureau politique de l’UFR, crée le mouvement   »Tout Sauf Alpha », ce qui est son droit le plus élémentaire, et que Djibril Lévia Bangoura du RPG-Arc-En-Ciel  crée à son tour  »Alpha Ou Rien », ne pensez-vous pas qu’à l’horizon des élections présidentielles de 2015, s’achemine t-on vers un affrontement inéluctable  en Guinée, avec cet extrémisme politique?

Or notre ONG le Conseil des Patriotes Guinéens (CPG) qui, à mon humble avis, n’est pas encore un parti politique, a toujours œuvré pour dénoncer celles et ceux qui enfreignent à la liberté d’expression, d’association  et qui sont opposés à l’instauration de la démocratie dans notre chère Guinée.

Nonobstant toutes les imperfections de notre jeune système démocratique, ces politiciens députés ont aujourd’hui un espace démocratique qui est l’Assemblée Nationale où chacun, selon courant, peut défendre valablement ses idéaux politiques, contrôler l’action gouvernement, adopter et/ou rejeter les projets de lois favorables ou non à la population, sans en appeler à une insurrection populaire dont les premières victimes ne sont que les pauvres populations qui ont tant souffert.

Voilà pourquoi, je ne partage pas cette prise de position que je  trouve du reste inconvenant.
Pour terminer, je tiens- en tant que membre du Conseil des Patriotes Guinéens, qui à des moments douloureux de l’histoire de notre pays,  comme en Janvier et février 2007, de concert avec les autres membres, sans aucune forme de considération politique, ethnique et religieuse, a pris ses responsabilités en portant plainte, au Tribunal Pénal International de la Haye,  contre des compatriotes Guinéens qui  avaient ôté la vie à leurs semblables- à me désolidariser, publiquement de cette prise de position qui n’engage que son auteur, M. Bachir Kaba.

Le 11 juin 2014
SACKO Mamadou
Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*