jeudi , 21 novembre 2019

Friguia, Rio Tinto, Alhassane Condé : Cellou entre défense et contre-attaque

Devant la presse lundi pour une conférence de presse, le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée, Cellou Dalein Diallo, n’a pas manqué de dire sa part de vérité sur la gestion de certains dossiers, notamment miniers.

« Friguia ? Non! Je n’ai rien signé »

S’agissant du Protocole d’accord portant sur la vente de la raffinerie d’alumine Friguia, le leader de l’UFDG a indiqué qu’il a été signé en 2002.

 

« J’étais ministre des transports, je n’ai jamais participé à aucune négociation ni à une réunion même en tant que membre du gouvernement, sur la vente de Friguia », a déclaré Cellou Dalein Diallo. « On veut m’attribuer ça aussi ». Selon l’ancien Premier ministre, les accusations dont il est victimes venant du camp au pouvoir ont une origine « politique ». « Je n’ai pas participé à la vente et je ne pense pas aussi si un simple ministre peut vendre Friguia sans l’aval du président ».

Le chef de file de l’opposition a déploré une tendance « malhonnête » qui consiste à dire que le feu président Lansana Conté ne connaissait rien et que tout était décidé par ses ministres.  « Je n’ai même pas participé, même à la prise de décision. Je sais qu’en 1998 Friguia était en faillite, et Pechiney qui était à Friguia avait pris la décision de donner leur part au franc symbolique à la Guinée. Lorsqu’ils sont partis le gouvernement a lancé un appel d’offre pour avoir un partenaire fiable. Mais aucune société ne s’est présentée et c’est la société Renaud qui est venue avec un contrat de location de 2 ans juste pour essayer. Ça n’a pas marché et il a vendu à Rusal. Mais Rusal , c’est un dossier qui a été examiné par le Cabinet du président. J’ai toujours suivi les dossiers miniers depuis que j’étais directeur de changes à la Banque centrale en 1991 ».


« Alhassane Condé, un habitué des faits »

Parlant de sa plainte déposée contre le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation auprès du Tribunal de Dixinn, le dirigeant de l’UFDG a indiqué qu’Alhassane Condé ne devait pas taxer son parti de  communautaire et son président Cellou Dalein de menteur. « Ce n’est pas la première fois qu’Alassane Condé parle ainsi. Il a dit en 2010 alors qu’il représentait son parti à la centralisation des votes que les peuls ont été chassés en Haute Guinée parce qu’ils y sont étrangers ».
Alors que sa plainte est restée lettre morte, Cellou Dalein Diallo dit n’avoir pas été surpris. Surtout que la justice guinéenne est « inféodée à l’exécutif ».


Simandou sud, moteur de développement

Cellou Dalein Diallo a reconnu ouvertement que la signature du cadre d’investissement des blocs 3 et 4 de Simandou entre Rio Tinto et l’Etat guinéen est une avancée significative. Pour lui, ce projet va contribuer au développement économique de la Guinée parce que financé à hauteur de 20 milliards de dollars.

Pour l’opposant Cellou Dalein Diallo, le retard du pays n’est pas dû à la gestion des anciens Premiers ministres. Mais plutôt à celle des nouvelles autorités du pays qui a une incidence malheureuse sur le revenu de la population.

Sériane Théa
+224 622 85 68 59
contact@kaloumpresse.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*