vendredi , 23 août 2019
Flash info

Mines : les nuages se dissipent sur Simandou sud

Le projet d’exploitation du riche gisement de fer de Simandou au sud-est de la Guinée a franchi une étape majeure avec la signature par les parties prenantes d’un Cadre d’Investissement qui clarifie le rôle de chacun.

Le document paraphé par Rio, Chinalco, la SFI et la Guinée  ne dit rien sur la date exacte du démarrage de la production encore moins la construction des rails. Les officiels ont annoncé seulement que la prochaine étape consistera à transmettre le document à l’Assemblée nationale pour approbation avant ratification par le président Alpha Condé.

Le Cadre d’investissement a quatre composantes à savoir la convention de base « amendée » et « consolidée », la convention Build-Operate-Transfer (BOT), le pacte d’actionnaires et la lettre de couverture.

Il prévoit la formation d’un consortium d’investisseurs « Infraco » qui financera, construira et détiendra, un chemin de fer de 650 km et un port en eau profonde. Ce consortium exploitera la voie ferrée sur une période de 30 ans, avant de la rétrocéder à l’Etat guinéen « gratuitement », selon le ministre d’Etat des mines et de la géologie, Kerfalla Yansané.

Tripler le PIB de la Guinée

Les blocs 3 et 4 de Simandou dont le cadre d’investissement a été signé aujourd’hui renferment plus de 2 milliards de tonnes. Le ministre Yansané estime la production annuelle projetée à près de 100 millions de tonnes. Le coût du projet est évalué à près de 20 milliards de dollars.

« La mise en ouvre de ce projet devrait contribuer à transformer l’économie guinéenne », a commenté le ministre d’Etat en charge des Mines, ajoutant que la Guinée pourra engranger dans les dix prochaines années 4 fois son budget annuel actuel.  « Le projet a le potentiel de doubler ou même de tripler le PIB du pays avec un taux de croissance à deux chiffres », a affirmé Yansané, par ailleurs anciens ministre des finances. « La signature de ce cadre d’investissement est une étape importante ».

Engagement des partenaires

Les partenaires de la Guinée se disent confiants et réaffirment leur soutien à faire avancer le projet. Tous présents dans la capitale guinéenne, Rio Tinto, Chinalco et la Société financière internationale ont promis au président guinéen et à l’ensemble du peuple de Guinée de tout mettre en œuvre pour faire de l’exploitation de Simandou, le plus grand gisement de fer jamais exploité au monde, une réalité.

« L’importance du projet ne peut pas être sous-estimée », a déclaré le PDG du group Rio Tinto Sam Walsh.

M. Walsh a indiqué que le gouvernement guinéen et ses partenaires viennent de cimenter encore plus solidement le partenariat qui les lie et confirment leur engagement à aller de l’avant. « Aujourd’hui nous franchissons une autre étape qui nous rapproche encore de notre objectif extraordinaire et audacieux. Nous sommes vraiment encouragé par cela », a-t-il dit.

En s’exprimant à Conakry, Caiming Liu, vice-président de Chinalco a estimé que « la signature du document est un jalon historique ».


Élie Ougna
+224 622 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*