samedi , 14 décembre 2019

Guinée : IRIS ne compte pas se limiter aux passeports biométriques

Après avoir décroché le contrat de fabrication de passeports biométriques à puce incorporée pour une durée de 15 ans, la malaisienne IRIS vise désormais d’autres secteurs.

Selon le directeur de la filiale guinéenne de la société, après la sécurisation des documents de voyage, « IRIS compte s’investir dans la construction de logements sociaux, dans l’agriculture, le transport et bien d’autres secteurs’’.

Dans un entretien exclusif accordé à Kaloumpresse.com lundi 19 mai, Ibrahima Sory Sylla, s’est réjoui du choix porté sur sa société pour livrer les documents de voyage sécurisés à la Guinée. « Je suis satisfait du fait que nous avons pu travailler avec le ministère de la Sécurité et de la Protection civile afin de  pouvoir sortir un document de qualité pour la population guinéenne ».

La filiale guinéenne de la société malaisienne prévoit de produire 200 passeports biométriques au minimum par jour pour un départ. Ibrahima Sory Sylla indique aussi la mise en place d’un système visant à sécuriser les recettes du trésor public en créant un compte commun avec l’Etat, à Ecobank. « Le demandeur du passeport va déposer au compte conjoint créé par IRIS et l’Etat. Il prend le reçu et vient à Coleah. Ici, on ne voit pas la couleur de l’argent », souligne-t-il, écartant toute hypothèse de corruption.

Trois communes sur cinq

En plus de ce système, IRIS-Guinée, veut innover en élargissant les centres d’enrôlement pour les passeports à trois communes sur les cinq que compte Conakry. « Nous avons un centre d’enrôlement pour le moment. Mais nous comptons mettre trois autres centres dans les commissariats centraux des communes de Matoto, Ratoma et Matam, pour faciliter le service ».

 

Cette décentralisation vise à limiter le déplacement des citoyens vers Coleyah et éviter l’affluence dans ce centre.

S’agissant des Guinéens vivant à l’étranger, M. Sylla assure que plusieurs missions diplomatiques sont déjà répertoriées. « Nous allons mettre en place des centres d’enrôlement.  Nous installeront trois ou quatre centres en Europe, deux aux États-Unis et un peu partout dans le monde entier, pour faciliter la tâche à nos compatriotes vivant à l’étranger ».

Pour l’instant, aucune date n’est fixée pour les représentations diplomatiques guinéennes.

Des passeports aux BTP

Comment IRIS a-t-il réussi à attirer l’attention de la Guinée ? La réponse du directeur Ibrahima Sory Sylla est définitive. C’est lors d’un voyage du président de la République en Malaisie que l’invitation a été lancée. « Il a invité IRIS à venir investir en Guinée ».

Une fois son premier contrat paraphé, IRIS caresse l’ambition d’investir dans des logements sociaux, des écoles, des camps, comme elle le fait déjà pour le gouvernement malaisien.  « Le président Alpha Condé a été en Malaisie et a demandé si on pouvait venir faire la même chose en Guinée », indique le directeur. « On lui a confirmé qu’on est prêt à construire en Guinée une maison témoin pour illustrer qu’on peut le faire. Deux mois après, nous sommes venus construire la maison témoin à Coleyah ».

Rappelons que IRIS est présente dans sept pays africains dont la Tanzanie, le Kenya, le Nigeria (depuis dix ans), le Sénégal (depuis 7 ans). La société est présente dans 28 pays à l’échelle mondiale. Selon nos informations, le gouvernement Guinéen et IRIS ont signé le contrat depuis le mois d’octobre 2013. IRIS corporation Berhad est créée en 1994. Son siège social se situe à Kuala Lumpur, en Malaisie.

Aliou BM Diallo
+224 622 254 564
contact@kaloumpresse.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*