vendredi , 23 août 2019
Flash info

Guinée : « les Malaisiens vont fabriquer des passeports biométriques plus sécurisés que les leurs » (Ministre de la sécurité)

 

Vers la fin du calvaire pour les Guinéens désirant obtenir leur passeport. La Guinée a conclu un contrat de 15 ans avec une société Malaisienne qui va délivrer les passeports biométriques à puce incorporée.

 

En conférence de presse vendredi 16 mai à Conakry, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile Madifing Diané a rassuré que ce document de voyage est « hautement sécurisé », disposant 17 éléments de sécurité.

« Ce passeport participera un peu à renforcer la sécurité des Guinéens au cours de leur déplacement. Il peut être facile d’avoir un document sécurisé, mais si on ne prend pas garde, on risque de revenir à la case de départ », a toutefois fait remarquer le ministre.

Le prix officiel d’un passeport biométrique est fixé à 500. 000 GNF par unité et par demandeur. Pour obtenir le document, un arrêté conjoint du ministre de la Sécurité et de la Protection civile et celui délégué au Budget, indique que le demandeur devrait se rendre dans une agence d’Ecobank pour verser ce montant. Une quittance lui sera délivrée. Laquelle quittance lui permettra de faire établir un passeport à la direction de la police de l’air et des frontières. Mais avant, il lui faudra aussi présenter une Copie certifiée de la carte d’identité nationale, un Certificat de résidence et une Copie de l’extrait de naissance.

Le contrat prévoit 54% de part pour le gouvernement guinéen et 46% pour la société malaisienne sur chaque passeport délivré, soit respectivement 345 000GNF et 155 000 GNF.

Alors que beaucoup de langues se délient sur la passation du contrat avec IRIS, le ministre Diané s’explique. « Je n’étais pas ici, je suis venu en pleine année 2013. Nous étions engagés dans la politique de reforme de la sécurité dont la dotation de la police en passeport biométrique. Quand l’appel d’offres a été lancé, 12 sociétés ont postulé, trois ont été présélectionnées. (…) Ce n’est pas un marché passé gré à gré. Le ministère de l’économie et des finances a piloté, appuyé par l’Administration du contrôle des grands projets. Mais j’ai été déçu parce que sur les trois sociétés, aucune ne possédait la puce électronique. Celle qui en détenait, on pouvait falsifier le passeport. (..) Quand IRIS est venue, au lieu de 11 points, il a présenté 17 points de sécurité ».

Partant de ces explications, Madifing Diané affirme que le nouveau passeport biométrique de la Guinée est « plus sécurisé que celui de la Malaisie ».

« Aucun des cadres n’a reçu un dessous de table. Ce marché est des plus propres », indique le ministre.

Selon Mohamed Garé, directeur général de la police, la durée maximale pour un demandeur de passeport est de sept jours. ’’Ce passeport est un document extrêmement important. S’il est utilisé à bon escient, le Guinéen se sentira plus en sécurité’’, dit-il.

S’inspirant du passé dans l’octroi des passeports en Guinée, le directeur général de police exhorte l’Etat à ne délivrer ces documents exclusivement aux Guinéens. « S’il faut les délivrer à des non Guinéens, il faut que ça soit dans la règle de l’art », conseille Garé.

L’année 2015 sera l’année des passeports biométriques. Selon nos informations, l’Arabie saoudite a envoyé un communiqué aux pays musulmans indiquant qu’aucun pèlerin ne sera reçu cette année sur les lieux Saints de l’Islam s’il ne dispose pas de passeport biométrique. La Guinée prend cette décision au sérieux.

Aliou BM Diallo
+224 622 254 564
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*