jeudi , 21 novembre 2019

Affaire BSGR: Tidiane Souaré répond aux accusations de Lansana Kouyaté

Le dernier Premier ministre du régime Conté, Ahmed Tidiane Souaré, n’apprécie pas la sortie médiatique de son prédécesseur Lansana Kouyaté. Il l’a fait savoir dans une mise au point que nous diffusons in extenso.

 

La livraison dans la presse du 05/05/2014 m’amène, le cœur serré, à sortir de ma réserve de grand commis de l’Etat, pour faire de petites mises au point sur deux sujets qui s’invitent aux débats sur ma personne, à la faveur d’une sortie surprenante de Monsieur Lansana Kouyaté sur l’affaire BSGR et sur sa succession à la primature.

​En effet Monsieur Kouyaté affirme « on lui (Beny Steinmetz ; NDLR) a donné les deux lots, deux jours après mon départ (limogeage de la primature ; NDLR) parce que ça ne pouvait pas se faire en ma présence. C’est peut être que celui qui a fait signer cet accord par le Président (Conté), c’était même la conditionnalité pour qu’il me succédât. Il a rempli la conditionnalité, il m’a succédé »

​Je tiens à dire que ces insinuations répétées et allégations infondées de Monsieur Lansana Kouyaté m’agacent à cause de leur caractère approximatif, incertain, mensonger et dénué de tout fondement.

D’abord sur l’affaire BSGR. Mr Kouyaté doit savoir que j’étais ministre des Mines et de la Géologie quand BSGR de Beny a frappé à la porte de la Guinée en 2006. Cette société a demandé et obtenu dans la totale régularité et en conformité avec la loi minière en vigueur, deux permis de recherche du fer dans les zones Nord et Sud du Simandou, en dehors du Simandou central, gisement qui était sous concession de recherche de Rio Tinto. A cette date, le débat actuel sur les Blocs I, II, III et IV n’était donc pas à l’ordre du jour.

​Mamadie Touré, dame à la culture et au vocable technique confus, a parlé d’une rencontre entre le Président Lansana Conté et BSGR, à laquelle j’ai été convié ; c’était toujours en 2006 (jamais après) à l’arrivée de BSGR en Guinée avec la prétention de procéder à l’exploitation d’une partie du Simandou. Ce jour-là, j’ai expliqué au Président Conté qui m’a compris et soutenu, que tout promoteur minier est le bienvenu en Guinée, mais dans le respect de la loi minière et pas sur des zones déjà occupées. Beny lui-même a compris et entrepris des recherches qui ont prouvé d’autres réserves de fer exploitables (Zogota par exemple), toujours hors Simandou sous concession.

​Pour mémoire, c’est d’ailleurs à cette époque que j’ai, également en ma qualité de Ministre des Mines et de la Géologie introduit et fait signer le décret de concession dont se prévaut jusqu’aujourd’hui la société Rio Tinto.

​Le conflit qui oppose l’Etat Guinéen à BSGR et qui alimente tant de commentaires actuellement, couve depuis fin 2008, alors que je n’étais pas Ministre des Mines et de la Géologie mais Premier Ministre. Je suis sûr que le Ministre des Mines et de la Géologie d’alors comptable de ses actes, a agi en toute responsabilité et avec loyauté à l’égard de la République. Peut-il être rendu responsable de la surenchère spéculative de 2009 et 2010 sur le patrimoine que représente le Simandou ? A-t-il pris les mesures conformes à la loi minière et contre le gel pénalisant de ce gisement monstre certainement en bourse depuis de longues années ? C’est un autre débat de professionnels et non pas d’amateurs démagogues.

​Si Monsieur Lansana Kouyaté pense qu’il doit accomplir les fonctions de ses Ministres à leur place, je lui suggèrerai de venir mettre son art et son éloquence au service de ses Ministres en charge respectivement des Finances et de l’Agriculture, à la barre au Tribunal de Première instance de Kaloum sur le dossier coton. Cela éviterai à Monsieur Kouyaté de vouloir jouer au petit héros dans un dossier qu’il ne maitrise pas.

Pour les autres dossiers, dois-je rappeler qu’en tant que successeur de Monsieur Kouyaté, je m’abstiens de qualifier sa gestion pour l’instant dont je connais cependant les faiblesses.

Justement, l’autre sujet de préoccupation obsessionnelle de Lansana Kouyaté est son départ de la primature. Monsieur Kouyaté alimente la chronique avec un ridicule et vulgaire amalgame. Il sait comment il est devenu Premier Ministre et il sait aussi pourquoi il a été limogé. S’il se fait du scrupule à expliquer la vérité aux guinéens qui ne sont pas dupes, qu’il arrête de disséminer les contrevérités dont il est de plus en plus coutumier. Lorsque Lansana Kouyaté a bradé les hôtels de la place aux lybiens, le Président Conté ne l’a ni demi de ses fonctions, ni même consulté pour restituer ces établissements hôteliers au patrimoine national.

Après avoir adopté l’attitude la plus irrévérencieuse à l’égard de notre République en refusant de passer le témoin, c’est-à-dire rendre dans la forme ce qu’on lui a confié, Monsieur Lansana Kouyaté s’abaisse aujourd’hui dans le mépris de la mémoire du feu Président Lansana Conté en attribuant la chute de son gouvernement aux démarches suspectes d’un promoteur minier. Je ne suivrai pas Monsieur Kouyaté dans cette allure de bas étage, parce que les guinéens savent que je prends de la hauteur en toute circonstance, j’assume et je passe. Pour finir, que Monsieur Lansana Kouyaté sache qu’il est scandaleusement faux d’affirmer que le décret attribuant les deux blocs du Simandou a été signé 2 jours après son limogeage. La Convention entre l’Etat Guinéen et BSGR n’a été signée qu’en décembre 2009 pendant la transition militaire, et c’est ce document qui engage juridiquement les parties sur le plan national et international.

Dr Ahmed Tidiane Souaré
Ancien Premier ministre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*