mercredi , 24 octobre 2018

Projet coton : les anciens ministres jugés pour détournement plaident non coupables

Le Dr Ousmane Doré et Mahmoud Camara, tous ministres dans le gouvernement Kouyaté (2007 – 2008) ont plaidé non coupables mardi alors qu’ils comparaissaient devant le tribunal correctionnel de Kaloum pour détournement présumés de derniers publics portant sur plus de 13 milliards de francs guinéens destinés à la relance de la filière coton.

Selon l’ancien ministre de l’agriculture, Mahmoud Camara, qui s’exprimait à  la barre la relance de la filière coton a été décidée en Conseil des ministres, à la demande des ressortissants et syndicats des villes de Mandiana et de Gaoual. Un budget de 22 milliards de francs guinéens a été élaboré, mais le gouvernement de Lansana Kouyaté ne réussira qu’à mobiliser 13 milliards, selon ses explications.

 

« La somme sera confiée à l’opérateur, Intracom, choisie à main levée lors d’une réunion technique. Sur une prévision de  5 000 hectares, quelques 4 000 hectares ont été réalisés.  Cela était positif. Les partenaires allemands étaient prêts à financer ce projet à l’époque », s’est souvenu M. Camara.

Pour sa part l’ancien ministre de l’Economie et des finances, Dr Ousmane Doré,  a dit tout son étonnement lorsqu’il a appris par le billet de la presse locale qu’ils avaient détourné des fonds destinés au projet coton pendant qu’ils étaient aux affaires.  « A  propos de ce dossier, ma  responsabilité n’est pas du tout engagée puisque ma signature ne se trouve sur le contrat qui lie Intracom à l’Etat guinéen’’, a-t-il dit avant de nié sa culpabilité dans ce dossier.

L’avocat de l’agent judiciaire de  l’Etat, Maitre  Thomas Zomy, a souhaité la  demande de fourniture d’informations complémentaires. Pour cela, il a demandé la comparution de l’ancien premier ministre Lansana Kouyaté pour sa version des faits sur ce contrat passé avec Intracom, et expliquer également comment le ministère des travaux publics a pu financer le projet coton à hauteur de 3 milliards de francs guinéens.

Le procureur de la République, Algassimou Diallo, lui, a demandé la comparution d’un contrôleur du ministère de l’Economie et des Finances pour expliquer le rôle que devrait jouer un ministre de l’Economie en pareille situation.

Les avocats de la défense, Me Mory Doumbouya, Me Amara Bangoura ont déclaré que l’avocat de  l’Agent judiciaire de l’Etat n’a pas pleinement joué son rôle à l’entame de ce procès.  Ils ont opposé une fin de non recevoir à l’idée de la comparution du président du Parti de l’espoir pour le développement national, Lansana Kouyaté.

Les débats ont été renvoyés au 13 mai.

Sériane Théa
+224 622 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*