lundi , 26 octobre 2020

La Guinée va bientôt recruter un partenaire privé pour la gestion d’EDG

Décidément, la société d’électricité de Guinée (EDG) éprouve des difficultés à se relever de ses cendres. Incapable de satisfaire la population dans la desserte en électricité depuis plusieurs années, la société étatique est en quête d’un opérateur privé.

Dans un document dont kaloumpresse.com détient une copie, il est indiqué  que « le gouvernement guinéen est intéressé à trouver un partenaire stratégique prêt à investir dans la société Electricité de Guinée. « La date sera convenue mutuellement », selon notre source.

 

L’opérateur privé qui sera recruté aura une délégation d’autorité pour gérer EDG comme une entreprise de services publics. Il sera le seul agent autorisé à administrer ses biens et à mettre en œuvre ses fonctions pour la durée du contrat.

Le même document précise que les services de gestion qui seront assignés à l’opérateur comprennent la mise en place d’un programme de restructuration et de redressement d’EDG, l’amélioration de ses services techniques, commerciaux et financiers sur une période à définir dans un appel d’offres.

Les services appréhendent la mise en œuvre des investissements pour l’acquisition d’équipements et les travaux d’amélioration des performances d’EDG qui sont financés séparément par le gouvernement avec le soutien des bailleurs de fonds. Il est prévu que le contrat de gestion soit financé par l’Association internationale de Développement (IDA).

Dans le cadre de la mise en œuvre de cette action, le gouvernement guinéen a mandaté la Société Financière Internationale (IFC), membre du groupe de la banque mondiale, en tant que conseil principal pour structurer la participation du secteur privé (PSP) en vue de la signature d’un contrat de gestion d’EDG, dont l’objectif est d’y introduire progressivement une plus grande participation du secteur privé.

D’autres sources confient que le ministère guinéen de l’Energie et de l’Hydraulique travaille en étroite collaboration avec le groupe de la banque mondiale et d’autres partenaires au développement pour dit-on, « investir dans la production et la transmission d’énergie ».

Pour cela, un plan de redressement de 153 millions de dollars américains (dont 258 millions $ au titre de projet d’interconnexion) pour le secteur de l’électricité a été élaboré. En plus, des projets d’une valeur de 955 millions $ sont en cours de développement, dont 853 millions $ déjà engagé pour l’exécution des projets dans le secteur.

La Guinée est connue pour avoir un grand potentiel hydroélectrique avec une capacité estimée à plus de 6000 MW. La centrale hydroélectrique de Kaléta d’une puissance de 240 MW en construction devrait entrer en service d’ici fin 2015. En attendant, les citoyens sont condamnés à côtoyer avec l’obscurité.

Aliou BM Diallo
+224 622 254 564
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*