jeudi , 2 juillet 2020

Fraudes fiscales : des auditeurs Guinéens à l’école de la gouvernance

Une vingtaine d’auditeurs issus de plusieurs structures publiques et privées guinéennes, a entamé lundi 28 avril, à Conakry, une formation de deux jours sur les techniques de prévention et de détection de la fraude dans les différentes entreprises du pays, à constaté sur place kaloumpresse.com.

Lors de la rencontre d’échanges, les contrôleurs internes et responsables financiers traiteront des questions liées à la détection des fausses factures, des sociétés écrans et des contrats falsifiés.

Selon le Président de l’association des auditeurs de Guinée, ladite formation s’inscrit dans une série de projets  pour améliorer la capacité des acteurs chargés de la gestion du développement afin qu’ils améliorent les processus de bonne gouvernance dans le pays.

« C’est un constat qui a amené les auditeurs guinéens à entreprendre une action de formation à l’intention des contrôleurs internes et des responsables financiers. Ce, pour permettre de former des spécialistes dans les domaines du contrôle et du risque de la fraude dans les entreprises », a fait comprendre Alkhaly Mohamed Condé.

Abdourahmane Sidibé, formateur et auditeur Malien, révèle que dans son pays, entre 2004-2010, la fraude fiscale a fait un manque à gagner estimé à plus de 380 milliards de CFA au niveau du trésor public. Une chose qui a interpellé l’Etat malien à créer une structure étatique autonome, dénommée le vérificateur général.

Pour lui, il existe plusieurs facteurs qui expliquent la présence de la fraude dans au Mali. « La pauvreté n’est pas le seul élément qui est à l’origine de la fraude. Je pense que l’élément essentiel, c’est le non respect de l’éthique et de la déontologie, le manque de formation et un problème d’exemplarité, entre autres », a-t-il expliqué.

Le directeur de l’agence nationale de la lutte contre la corruption a indiqué que cette formation marque l’agenda des préoccupations de l’Etat guinéen contre la corruption, la fraude, l’impunité auxquelles le pays est confronté depuis plus d’une décennie.

« Il s’agit pour nous dans la durée, d’engager de manière professionnelle, des actions vigoureuses, de manière permanente et sans relâche, au niveau de toutes les directions, pour éradiquer les impacts négatifs de ces actes répréhensibles », a martelé François Falcone.
Selon lui, le séminaire  doit permettre aux auditeurs Guinéens de se conformer à la législation nationale pour être efficace et performer les entreprises guinéennes
afin d’assainir l’environnement des affaires pour une croissance soutenue.

Aliou BM Diallo
+224 622 254 564
contact@kaloumpresse.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*