dimanche , 5 avril 2020

Le préfet de Dakar interdit le meeting de Wade

Le préfet du département de Dakar, Alyoune Badara Diop, a annoncé l’interdiction du meeting du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition), prévu mercredi, coïncidant avec le retour au Sénégal de son leader Abdoulaye Wade, ancien président de la République, a appris l’APS de source officielle, mardi soir.

Dans une correspondance adressée au responsable de l’ancien parti au pouvoir, le préfet de Dakar écrit : « Est interdit le meeting programmé par Oumar Sarr, coordonnateur national du PDS, prévu le mercredi 23 avril 2014 de 14h à 19h du rond-point du Boulevard du général De Gaulle à l’angle de la rue 25 de la Médina ».

M. Diop a invoqué trois autres motifs qui l’ont conduit à prendre cette mesure d’interdiction, estimant que la manifestation du PDS présente, notamment, un « risque d’entrave à la libre circulation des personnes et des biens sur un axe routier stratégique ».

Le préfet a cité d’autres motifs, dont le « risque avéré d’infiltration de la manifestation par des individus mal intentionnés » et le « risque de transformation du meeting en cortège non autorisé sur la voie publique », ainsi que la « menace de troubles à l’ordre public ».

Ciblant, particulièrement, le cortège envisagé par les opposants libéraux, M. Diop a rappelé les dispositions de l’article 96 du Code pénal sur les cortèges, défilés et rassemblements sur la voie publique, pour signaler que, sur ce point, le PDS n’a pas satisfait à la « formalité, du reste, substantielle » de la déclaration préalable à l’autorité administrative compétente.

« Je vous invite, par conséquent, à surseoir à l’organisation dudit cortège et de le considérer comme manifestation interdite », a dit le préfet s’adressant au coordonnateur national du PDS, Oumar Sarr.

Abdoulaye Wade (87 ans) avait quitté le Sénégal, il y a près de 22 mois, pour se retirer en France après les défaites électorales successives à la présentielle de mars 2012 et aux législatives de juillet de la même année, remportées respectivement par Macky Sall et ses alliés de Benno Bokk Yaakaar.

Me Wade a annoncé son retour –plusieurs fois annoncé, puis reporté, au moment où son fils et ancien ministre Karim Wade venait de boucler un an en prison à Dakar pour se trouver ensuite avec un renvoi en procès devant la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI).

Le retour au bercail de l’ancien chef de l’Etat du Sénégal (2000-2012) interviendra à presque deux mois des élections municipales et départementales, alors que son parti a connu des départs de taille, notamment, vers la nouvelle majorité, et sur fond de querelle de leadership.

Aps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*