dimanche , 16 décembre 2018

« Leur démission est un non-évènement », selon le PEDN

Pour le Parti de l’espoir pour le développement national (PEDN) la démission de certains de ses cadres ces derniers jours constitue un non-évènement.

 

Déclaration : Comme il fallait s’y attendre, Mamady Traoré (à droite sur cette photo )  qui venait en complément d’effectifs aux différentes réunions du Bureau Politique National du PE.D.N , a suivi encore son épouse , Zalikatou Diallo dans sa nouvelle aventure politique . Il l’a fait savoir cette semaine dans une missive éhontément recouverte de fautes et qui n’a d’ailleurs de valeur que sa longueur parce que émaillée de contrevérités sur un Parti qui a fait de sa femme, alors illustre inconnue, ce qu’elle est devenue aujourd’hui dans le landerneau politique guinéen.


Dès le premier paragraphe de sa feuille de choux, Mamady Traoré , mettra en exergue volontairement l’insoumission de sa femme à la décision du Parti de l’Espoir pour le Développement National de ne pas siéger à l’Assemblée Nationale .


Ce que Mamady Traoré n’a pas dit à l’opinion nationale , c’est que sa femme qui n’est pas à son premier coup d’essai , alors Secrétaire Nationale du PE.D.N , n’avait pas attendue la décision de son Parti , qui était en pleine consultation avec ses structures du sommet à la base pour savoir lequel des deux qualifiés au second tour voter lors de la dernière présidentielle guinéenne , avant de dire , à la surprise générale de ses camarades du Bureau Politique National et des militants présents ce jour là au siège national de Lambanyi , qu’elle votera le candidat de l’UFDG , El Hadj Mamadou Cellou Dalein Diallo parce que ce dernier serait son oncle .


Or la discipline est le fondement de toutes les formations politiques qu’elles soient africaines ou occidentales . A titre d’exemple, récemment en France, à la veille de la formation du Gouvernement du Premier Ministre Manuel Valls, le Parti Europe Ecologie-Les Verts (EELV ) a menacé d’exclusion celui d’entre eux qui accepterait l’offre du successeur de Jean-Marc Ayrault à Matignon .

On connaissait par ailleurs Mamady Traoré et sa Zalikatou Diallo dépourvus de toute assise populaire jusqu’à son Sarayah natal ou il a été incapable, lors de la campagne du premier tour de la présidentielle de 2010, de mobiliser ne serait-ce que cent personnes pour recevoir le candidat du PEDN, SEM Lansana KOUYATE, et sa suite. Mieux, l’ancien Secrétaire aux relations extérieures du PEDN, Mamady Traoré avait refusé de faire la campagne des législatives de 2013 à Woulada en Haute Guinée sous prétexte qu’il a appris que les militants du RPG veulent avoir sa peau . Mais qu’à cela ne tienne , nous ne le connaissions pas menteurs.

C’est suite à un courtois échange téléphonique , le 14 Janvier 2014 aux environs de 10 heures 30 du matin, entre SEM Lansana KOUYATE et Mamady Traoré , que le Président du PE.D.N lui a sagement informé de la décision de libérer leur maison parce que la nouvelle permanence du Parti est désormais fonctionnelle . Chose que Mamady Traoré a accepté tout en estimant qu’il aurait souhaité que le Parti continue d’occuper sa maison en raison des nombreux services rendus à sa famille par le Président du PE.D.N , services qui ne lui permettaient pas d’exiger des loyers de quelqu’un qui a fait de lui Ministre du Commerce dans le Gouvernement de Consensus . Avant de les rendre leurs clefs , la villa des Traoré a été entièrement rénovée.

Les lettres de démission donc de Mamady Traoré et de Bangaly Camara ne contiennent aucun argument crédible sinon qu’ils usent de leurs droits constitutionnels consacrés par la loi fondamentale qui consistent à démissionner librement d’un Parti auquel ils ont adhérés volontairement.

Pour les militants et sympathisants du Parti del’Espoir pour le Développement National ( PE.D.N ) le départ de ce trio ( Zalikatou Diallo , Mamady Traoré et Bangaly Camara ) est un non-évènement qui ressemble à ces trois moineaux venus se confier au fromager pour échapper à la tornade, le quittent au petit matin sans lui dire merci

Cependant la vie de tous les grands Partis politiques, depuis leur création jusqu’à leur accession au pouvoir suprême, est faite d’adhésions et de démissions. Ce phénomène n’est donc pas l’apanage du PE.D.N.

Après le départ des démagogues, des menteurs invétérés , des navétanes politiques , des partisans du copinage , de la discrimination et des dérives anti-démocratiques, la direction nationale du Parti de l’Espoir Pour le Développement National ( PE.D.N ) appelle les militants et les sympathisants à rester vigilants et à resserrer les rangs derrière SEM Lansana KOUYATE jusqu’à la victoire finale


pednespoir.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*