dimanche , 21 octobre 2018

Médecins Sans Frontières a repris les activités à Macenta

Médecins Sans Frontières a pu reprendre progressivement ses activités dans la Préfecture de Macenta, après avoir été contraint de suspendre ses activités en fin de semaine dernière à la suite de protestations de la part d’une partie de la population locale.

« Plusieurs jours de négociations avec les autorités locales et régionales, les leaders de la jeunesse et des anciens du village ont terminé avec succès. Nous avons obtenu un engagement très fort que de tels événements ne se reproduiront plus,  et nous avons été rassurés que nous pourrions continuer notre travail en toute sécurité», a déclaré Corinne Benazech MSF chef de mission en Guinée.

Vendredi dernier, des pierres ont été lancées sur des véhicules de MSF ainsi que le centre de traitement MSF où les patients atteints par la maladie Ebola étaient soignés. Personne n’a été blessé dans l’incident. Une partie de la communauté locale a protesté, et accusé MSF d’avoir apporté le virus Ebola en Guinée.
Depuis la suspension des activités, les patients ont été traités dans le centre de prise en charge par le personnel du ministère de la santé, mais maintenant MSF est en mesure de revenir et offrir un soutien médical et technique supplémentaire dans la lutte contre la maladie.

« Nous comprenons parfaitement les craintes de la communauté locale. La maladie Ebola était inconnue en Guinée.Nous comprenons la peur que génèrent cette maladie, et les moyens de protection qu’utilise le personnel de santé pour la combattresont assez impressionnants. Je pense que c’est ensemble, et quand je dis ensemble je parle de la communauté, des Sages, des chefs religieux, des notables, la jeunesse, les groupes de femmes, les autorités sanitaires et les autres partenaires, que nous arriverons à en venir à bout. « , a déclaré Benazech.

MSF appui les autorités sanitaires pour la prise en charge médicales des patients, et également pour le suivi des personnes contacts. Pour se faire, à ce jour 3 centres de traitement sont opérationnels qui sont dans la localité de Conakry, Macenta et Guékédou. 

 » Nous avons bien conscience qu’un travail de communication et de sensibilisation est à renforcer auprès de la population locale. Je lance un appel aux autres partenaires afin de participer davantage à cette tâche de sensibilisation et communication auprès de la communauté. »  dit Corinne Benazech.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*