vendredi , 14 août 2020

30è commémoration controversée !

26 mars 1984 – 26 mars 2014. Cela fait 30 ans jour pour jour que la Guinée perdait son premier président et père de l’indépendance, Ahmed Sékou Touré. 30 ans de lutte entre partisans et opposants à la réhabilitation qui semble tourner à l’avantage des premiers.

Pour la commémoration de l’an 30 de la mort du premier président guinéen, cette année, des posters de deux hommes d’Etat, Ahmed Sékou Touré et Alpha Condé, étaient affichés tout au long de l’autoroute Fidel Castro à Conakry. Celui de l’actuel président de la République laissait apparaître une phrase claire qu’il n’a de cesse de prononcer. Et qui suscite interrogations et craintes au sein de l’opposition. « J’ai pris la Guinée là où le président Sékou Touré l’a laissée ».

Outre cette parade de photos, il faut retenir que la commémoration de cette année aura été marquée par la lecture du Saint Coran dans l’enceinte de la grande mosquée Fayçal de Conakry.

Pour la circonstance, quelques membres du gouvernement dont le Premier ministre, des diplomates en poste à Conakry, des amis du défunt président, des membres de sa famille ainsi que des militants du Parti Démocratique de Guinée – Rassemblement Démocratique Africain (PDG-RDA), avaient fait le déplacement.

Il a aussi question cette année du dépôt d’une gerbe de fleurs au mausolée de l’illustre disparu.

 

 

A l’issue de cette cérémonie, Aminata Touré, la fille du président défunt a remercié le Tout Puissant Allah pour avoir permis que le peuple de  Guinée se retrouve partout dans les différentes mosquées afin d’honorer la mémoire de son père.  « Je ne vais pas vous faire l’historique parce que vous le savez. Durant toute sa vie il s’est battu  pour tous les peuples guinéens et africains’’, s’est-elle confiée à Kaloumpresse.com après la prière de recueillement.

Aminata Touré a appelé ses compatriotes à l’unité pour bâtir un avenir meilleur pour leurs enfants. « Avant, il n’y avait pas de racisme ni d’ethnocentrisme dans ce pays. Le premier combat que nous devons tenir c’est la recherche d’une personne qui va réunir tous les fils et filles de ce pays », a-t-elle dit, laissant le soin au peuple d’apporter un jugement de valeur sur le régime de son père.

Signe que le chef de l’Etat Alpha Condé (condamné par contumace par Ahmed Sékou Touré, NDLR) s’est résolument  tourné vers le pardon et la réconciliation, il s’est fait représenter à la Mosquée Fayçal par son Premier ministre Mohamed Saïd Fofana. Ce dernier n’a d’ailleurs pas tari d’éloges à l’égard du héros de l’indépendance guinéenne, auteur de la célèbre phrase : « Nous préférons la liberté dans la pauvreté à la richesse dans l’esclavage ».

« C’est le président de la République  de Guinée qui m’a dit de venir le représenter ici à la cérémonie  commémorative du feu président  Ahmed Sékou Touré pour transmettre sa solidarité à sa famille et à l’ensemble du peuple de Guinée. Comme vous le savez aussi, le feu Ahmed Sékou Touré est un grand homme et les grands hommes ne meurent jamais », a confié le chef du gouvernement Mohamed Saïd Fofana. « Il faut reconnaitre ce qu’ils ont fait durant leur vie et souhaiter que d’autres personnes suivent leur exemple. Nous voulons donc à cet instant prier Dieu que son  âme repose en paix. Prier Dieu qu’il entoure sa famille de bénédiction et étendre  cette bénédiction à l’ensemble de tout le peuple de Guinée’’, a-t-il déclaré au micro de Kaloumpresse.com.

Des éloges qui vont à l’encontre de la volonté de l’Association des victimes du Camp Boiro. En effet, peu avant cette 30è commémoration de la mort de Sékou Touré, cette association a émis son inquiétude face à la « reconnaissance d’un régime qui a fossoyé l’avenir de notre pays pour le réduire à l’état de mendicité ». Réclamant  justice et réparation pour la mort de leurs parents, les membres de cette association affirment que la Guinée est orpheline de son élite suite aux purges successives organisées par Sékou Touré. Pour eux, pas question de faire l’apologie d’Ahmed Sékou Touré.

 

Sériane Théa

+224 622 85 68 59

contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*