lundi , 27 mai 2019

Pénurie d’eau dans le château de l’Afrique de l’Ouest : Alpha Condé s’explique…

Les manifestations des populations dans la capitale guinéenne réclamant le courant et l’eau n’ont pas laissé indifférent le président Alpha Condé.

 

Jeudi 20 mars, lors de l’inauguration d’un complexe hôtelier à Conakry, le chef de l’Etat a indiqué que son gouvernement a choisi l’option de durabilité à celle éphémère. Une chose, dit-il, qui l’amené à affronter beaucoup de difficultés.

Pour justifier le manque d’eau et d’électricité dans les foyers, Alpha Condé a expliqué que depuis les années « 30 »,  »les tuyaux transportant l’eau n’ont jamais été changés ». Il a indiqué qu’au bout de quelques années, ces infrastructures devaient être remplacés. « Alors, à quoi sert de donner de l’eau avec de tels tuyaux ? », s’est-il interrogé.  »Si on est courageux, on doit accepter de faire contester la population et prendre le temps de changer les tuyaux, pour que lorsqu’on aura à donné de l’eau, ça soit pour des années et des années », a-t-il précisé.

 

Selon Alpha Condé, c’est la cas pour le secteur énergétique. Les conduits n’ont pas été remplacé depuis la première République (1958-1984, ndlr). « A quoi ça sert d’avoir des centrales si vous ne pouvez pas transporter (l’énergie produite)? En Guinée, on perd 40% dans le transport de l’énergie alors que la norme dans les autres pays est de 2%. Là aussi, précise Alpha Condé, il faut avoir le courage d’accepter le mécontentement populaire momentané pour poser les  véritables bases d’électrification, parce que sans électricité, nous ne pouvons pas avancer ».

 

Alpha Condé pour qui le gouvernement pêche dans la communication estime qu’il revient à celui-ci d’expliquer aux citoyens pourquoi on doit encore  »prendre du temps pour faire de véritable changements bénéfiques à eux et à leurs enfants » et non une politique  passagère  qui donne toujours le même résultat.

Pour le chef de l’Etat, il n’est toujours pas facile pour une population en majorité analphabète de comprendre les véritables enjeux. Il a dit ne pas être « préoccupé par l’horizon 2015. « Je suis préoccupé par ce qu’on va laisser d’ici à 2020, 2030 aux Guinéens ».

Aliou BM Diallo
+224 622 254 564
contact@kaloumpresse.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*