mardi , 10 décembre 2019

Piraterie : le cri de détresse des artistes et musiciens guinéens

L’Union nationale des artistes et musiciens Guinéens (UNAMGUI) a appelé mardi le gouvernement et l’ensemble des acteurs culturels du pays à une lutte groupée et efficace contre les actes de piraterie de ses oeuvres.

« Nous artistes, réitérons notre adhésion au programme de lutte contre la piraterie après la  plainte déposée par le bureau du BGDA auprès du Haut commandement de la gendarmerie nationale », a réaffirmé Ansoumane Camara, alias ‘’Petit Condé’’ pendant une conférence de presse.

Devant le ministre de la Culture et du patrimoine historique, Ahmed Tidiane Cissé, qui prenait part à la conférence, les artistes et musiciens ont tenu à rappeler qu’ils sont nombreux  à avoir réalisé des œuvres dont ils n’ont suffisamment profité des retombées.

Selon le directeur général du Bureau guinéen du droit d’Auteur (BGDA), Pépé Koivogui, des analyses ont permis une avancée significative dans le cadre de cette lutte. Mais la corruption aidant, les initiatives se sont avérées vaines.

« Une réflexion sur le mécanisme de lutte contre la piraterie a abouti à la mise en place d’une brigade de lutte contre la piraterie installée le 18 septembre 2009  au musée national. Mais hélas ! Les gendarmes commis à cette tâche n’ont pas répondu aux attentes des artistes », a-t-il regretté.

Dans cette situation déplorable, le patron du BGDA pointe également un doigt accusateur sur certains médias privés qui, selon lui, exploitent les artistes pour se faire une audience. « Les médias qui diffusent des chansons sans payer la contre-partie aux artistes sont des voleurs’’, a-t-il ajouté.

Le BGDA a dit avoir porté plainte contre X auprès de la gendarmerie nationale pour actes de piraterie.

Le ministre de la Culture et du Patrimoine hstorique Ahmed Tidiane Cissé a promis son appui à l’initiative qui consiste à mettre en place une synergie visant à traduire en justice toute personne prise en train de dupliquer frauduleusement les œuvres littéraires, musicales, artistiques.

« L’utilisation sous quelque forme d’une œuvre artistique et musicale sans le payement d’une contrepartie aux artistes créateurs est un vol », a-t-il souligné.

Selon le ministre Cissé, sa feuille de mission qui lui a été remise par le président de la République met un accent sur la défense de la qualité des créations littéraires, musicales, artistiques guinéennes, pour le bien du pays. « Le piratage des œuvres artistiques et musicales est un crime qui fait perdre des milliards aux Etats et encore plus aux créateurs. »

Sériane Théa
+224 622 85 68 59
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*