dimanche , 26 janvier 2020

La Guinée et ses mines : Ce que recommande l’Américain Lex Pauslon

Comment faire profiter aux Guinéens les immenses ressources minières du pays ? Lex Paulson, Expert en démocratie, bonne gouvernance et questions minières à l’Ambassade des Etats-Unis en Guinée a proposé vendredi quelques pistes de solutions à cette lancinante question qui taraude les esprits en Guinée depuis plus d’un demi-siècle.

Le secteur minier contribue à hauteur de  26% au PIB de la Guinée.  Avec une estimation de 40 milliards de tonnes de bauxite, donc 2/3 des réserves mondiales du minerai, plus de 25 milliards de tonnes de fer de haute qualité, 25 millions d’once d’or et plus de 10 millions de carats de diamant, la Guinée est mieux lotie dans le secteur des mines. Mais le profit tiré de ce potentiel minier est en deçà des attentes. On se demande comment exploiter ces ressources pour qu’elles soient profitables à tous les citoyens du pays.

Des expertises internationales sont souvent mises à contribution pour faire inverser la tendance. Parmi elles, il y a Lex Paulson qui a proposé vendredi des pistes de solution.

Pour répondre à cette inquiétude, l’expert international a réuni des parlementaires guinéens, des acteurs de la société civile, des membres du gouvernement et d’autres organisations non-gouvernementales pour les encourager à « surveiller l’exploitation des industries extractives en Guinée’’.

A cet effet, M. Lex Paulson a fait comprendre qu’il existe des normes et des exigences internationales standards que les pays ont intérêt à suivre pour une ‘répartition équitable des ressources naturelles’’.

Ces normes, c’est l’Initiative de transparence internationale des industries extractives (ITIE), visant à améliorer la transparence et la responsabilisation dans le secteur du pétrole, du gaz et des mines.

Pour adhérer à l’ITIE, les pays présentent volontairement leur candidature et doivent répondre à un certain nombre d’exigences minimales pour obtenir et préserver l’état de la conformité avec l’Initiative. À la fin de 2013, 25 pays étaient devenus conformes, et 15 étaient candidats.

Pour le cas de la Guinée, le pays a rejoint l’ITIE en 2005 et a obtenu le statut de pays candidat en 2007. Quelques mois après, la nation a connu une période d’instabilité politique et a été  suspendue en 2009. Après un retour à la stabilité politique et à l’ordre constitutionnel,  la Guinée a été réintégrée en tant que pays candidat en Mars 2011 et a travaillé depuis lors en vue de devenir un pays conforme de l’ITIE.

En Août 2012, la Guinée a préparé des rapports couvrant les données de 2007 à 2010, mais a été incapable de répondre aux exigences de conformité. Le 26 Octobre 2012, le Conseil International de l’ITIE, l’institution mondiale de la gouvernance de l’ITIE, a convenu que la Guinée avait fait des progrès significatifs dans la mise en œuvre de l’ITIE et que la Guinée a renouvelé sa candidature pour 18 mois. « La Guinée se penche actuellement sur les mesures correctives demandées par le Conseil et travaille à la validation », a expliqué Paulson, pendant un atelier organisé par l’Ambassade des Etats-Unis en Guinée.

La date limite pour apporter les actions correctives et la rédaction des rapports ITIE expire le 26 avril 2014.

Pour une exploitation et une redistribution des mines en Guinée, l’expert en démocratie, bonne gouvernance et questions minières, recommande de renforcer le dialogue entre le gouvernement et le secteur privé d’une part, entre le gouvernement et les représentants de la société civile, et entre le gouvernement et les citoyens dans la rue, d’autre part.

Aliou BM Diallo et Elie Ougna
+224 622 254 564
contact@kaloumpresse.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*