vendredi , 26 avril 2019
Flash info

Mines : Premier coup réussi par Kerfalla Yansané

Les quatre actionnaires dans le projet du riche gisement de fer de Simandou étaient mercredi en conclave à Conakry avec pour ordre du jour, la relance du projet.

 

La fermeté que le tout nouveau ministre des Mines et de la Géologie affiche va-t-elle payer ? Très tôt pour répondre par l’affirmative. On sait seulement que Rio Tinto, Chinalco et la SFI (la branche financière de la Banque mondiale) et naturellement le gouvernement guinéen, tous actionnaires dans le projet Simandou, ont pu se réunir cette semaine, au grand complet, à Conakry autour d’une même table. Fait très rare.

Par le passé, chacun passait individuellement voir l’ancien ministre des Mines avec qui il parlait de tout et parfois de rien. Résultat, le statuquo continuait de planer sur le projet.

La rencontre de Conakry a permis de lancer le vrai débat sur la problématique du Cadre d’investissement. La Guinée qui tarde à clarifier son rôle et sa capacité financière à obtenir sa quote-part du financement des infrastructures, 51%, soit environ 9 milliards USD aurait réaffirmé sa bonne foi à faire progresser le projet.

A la Présidence de la République où les délégations ont été reçues à la fois, Alpha Condé a réitéré la volonté de la Guinée de faire pousser le projet pour permettre aux Guinéens de bénéficier de ses retombées économiques. Il a insisté sur la nécessité de rendre le projet visible en commençant par exemple la construction des routes d’accès. « Il a demandé que des emplois soient créés et que le projet sorte sous terre », a rapporté le ministre Yansané.

Rio Tinto, Chinalco et la SFI ont promis à leur tour de s’impliquer pour la concrétisation du projet. Elles ont également promis de mettre un accent particulier sur la maîtrise des impacts environnementaux. « Nous soutenons Rio Tinto qui est l’actionnaire majoritaire dans ce projet pour le faire avancer », a dit Sun Xaoxhuo de Chinalco.

Lors de sa prise de fonction fin janvier, le ministre Kerfalla Yansané avait invité les compagnies minières à se mettre au travail. « Très amicalement mais aussi très fermement » il avait déclaré que « le temps des hésitations et de petits calculs est terminé’’.

 

Les partenaires guinéens mesurent-ils, enfin, la portée de cette mise en garde du nouveau patron des mines guinéennes ? Wait and see…

 

La seule certitude qui se dégage pour l’heure est que Kerfalla Yansané ne veut pas perdre du temps. Pour lui, il est temps que le secteur minier guinéen cesse d’être une malédiction pour devenir un atout pour l’émergence économique.

Elie Ougna
+224 622 85 68 59
contact@kaloumpresse.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*