vendredi , 18 octobre 2019

L’UFR veut une consultation du parlement avant l’envoi de troupes sur les fronts

L’Union des forces républicaines a exigé samedi une consultation préalable de l’Assemblée nationale avant l’envoi d’une troupe guinéenne sur un front en Afrique.

« Maintenant nous avons une Assemblée Nationale, Alpha Condé ne peut plus tout se permettre. Ce sont des enfants d’autrui, ce sont des mamans et papas qui vont perdre leurs enfants, ce sont des pères de famille vont quitter leurs enfants et leurs femmes, il faut que nous nous prononçons sur cela », a dit la députée de l’UFR Hadja Aissata Daffé, au cours de l’assemblée hebdomadaire du parti.

« On n’a été surpris de voir le Président affirmer sur les ondes de la  RTG qu’il va envoyer des troupes guinéennes de plus de 900 soldats au Mali. Nous estimons que le Chef de l’Etat ne peut pas envoyer des enfants guinéens en guerres sans consulter l’Assemblée Nationale. Ceci ne peut pas être fait sans que cela ne soit débattu à l’hémicycle, parce que nous sommes les élus du peuple », a-t-elle affirmé.

Le président Alpha Condé a lancé la semaine dernière la formation de 966 soldats au camp des commandos de Samoréya à Kindia. La formation de ce bataillon vise à appuyer  la Mission Internationales des Nations Unies de soutien au Mali (MINUSMA).

En s’adressant aux militaires, le président Alpha Condé, a dit sa joie et sa fierté de ce bataillon représenter la Guinée au-delà de ses frontières. « Cette mission qui vous attend sera difficile et complexe. Vous affronterez des situations climatiques extrêmement pénibles. Vous évoluerez dans un monde inconnu et agressif qui nécessitera de faire preuve d’initiative, de courage, de générosité, de discipline et d’un sens aigu du devoir. Sachez que je vous fais totalement confiance pour que cette mission soit parfaitement remplie », avait-il dit à l’occasion d’une cérémonie solennelle.

L’UFR dirige un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale baptisé l’Alliance Républicaine. Fort de plus de dix députés, ce groupe parlementaire compte s’appuyer sur l’article 89 de la Constitution qui stipule que « le gouvernement est tenu de fournir à l’Assemblée Nationale toutes explications qui lui seront demandées sur sa gestion et ses activité », pour demander des explications au pouvoir en place.

« Notre groupe parlementaire va se saisir du dossier pour que la question soit discutée à l’hémicycle. Il faut qu’on sache quelles sont les mesures d’accompagnement qui vont être mises à la disposition de ces jeunes soldats », a dit Mme Daffé.


Elie Ougna

+224 622 85 68 59

contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*