mercredi , 20 mars 2019

Insolite : pour combattre l’insécurité en Guinée, une organisation veut que chaque famille soit armée

Une Organisation non-gouvernementale en Guinée souhaite la formation de groupes d’auto-défense pour contrer l’insécurité galopante dans le pays.

Il faut constituer des groupes d’auto-défense. Voila la quintessence du message lancé jeudi par l’ONG Club de Conakry au cours d’une conférence de presse animée à la Maison de la Presse.

Alpha Amadou Tayeré Diallo, Fondateur et président de cette organisation a fustigé l’insécurité qui s’aggrave de jour en jour. Pour lui, les Guinéens sont confrontés à de nombreuses difficultés quant à leur sécurité et à leur défense.  « Cette sécurité, cette défense que les autorités sont censées assurer est assurée de manière aléatoire, la situation ne fait que s’empirer dans  le pays », a regretté M. Diallo

Pour  éradiquer ce phénomène, le premier responsable de cette structure propose une solution plutôt surprenante et qui pourrait inquiéter plus d’un observateur. Il propose carrément la formation de groupes d’auto-défense et la remise de permis de port d’armes à qui le souhaite.

« Nous qui vivons dans les familles, dans les rues et dans nos professions, nous pensons qu’il faudrait réfléchir ensemble et publiquement afin de faire des propositions aux responsables de nos pays respectifs pour qu’ils trouvent une solution à ce problème d’insécurité. Notre vision, nous trouvons qu’il faudrait établir la liberté, le droit de tous les citoyens, de toute l’Afrique à assurer son auto-défense et son auto-sécurité par le permis  de port d’armes », dit-il.

Selon lui, il faut nécessairement que tous les chefs de familles disposent d’un permis de port d’armes. « Il faut que tous nos papas, dans les maisons, aient l’autorisation de porter des armes telles que les fusils de chasse, une arme à un ou deux canons, un simple pistolet… pour se défendre contre leurs agresseurs qui viennent à leurs domiciles  souvent armés et qui les infligent des traitements inhumains’’, explique le fondateur de Club de Conakry. 

M. Diallo pense qu’une fois ce droit accordé à chaque responsable de famille les malfrats réfléchiraient par deux ou trois fois avant  de penser à agresser les familles dans leur tranquillité. « Mais s’ils savent  qu’en venant dans une maison, ils ne craignent pas une réplique, ils ne vont pas arrêter », réplique Alpha Amadou Tayeré Diallo.

L’Union européenne a récemment lancé en Guinée un projet de police de proximité à Conakry. Mais l’ONG Club de Conakry n’accorde pas du crédit à l’initiative.

 

« Conclusion, ça ne va pas marcher parce que la population n’a  pas confiance  en cette police de proximité. D’ailleurs cette police de proximité est souvent infiltrée de gens qui n’ont pas une bonne conduite ».

Zézé Enema Guilavogui
+224 669041178
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*