dimanche , 18 novembre 2018
Flash info

Droits de l’Homme en Guinée : les vérités et les ambitions du ministre Gassama Diaby

La crise politique dans laquelle la Guinée s’est empêtrée ces dernières années a eu de lourdes conséquences. La multiplication des grèves, les manifestations de rue, les fermetures de marchés, l’arrêt de l’activité économique, les violences et les répressions policières. Toutes réalités qui ont contribué à l’effritement du tissu social.

 

Après les violences pré-électorales qui ont causé la mort d’au moins 50 Guinéens et la tenue des élections législatives, c’est désormais la trêve.

 

En attendant les prochaines échéances électorales, la tendance actuelle inquiète le ministre des Droits de l’Homme. Kalifa Gassama Diaby, parce qu’il s’agit bien de lui, souhaite que les discordes soient levées.

 

Selon lui il y a un certain nombre des malentendus qui persistent, avec pour conséquence principale la méfiance. Une situation qui représente une menace pour la société guinéenne.

 

« Il est donc de notre devoir, en tant que département en charge des Droits humains, de dire à quel point nous sommes attachés à un travail collectif, dans un environnement de paix et de stabilité, pour donner aux Guinéens un projet de vivre ensemble’’, rappelle le ministre Kalifa Gassama Diaby.

La réconciliation nationale était une promesse de campagne du président Alpha Condé en 2010. Le moins que l’on puisse dire est que ce processus traine le pas. Le ministre des Droits de l’Homme exprime, pour sa part, l’urgence de s’inscrire dans une dynamique de réconciliation. Ceci, pour dit-il, permettre aux Guinéens de se parler, de s’expliquer, de lever les malentendus, de rendre une certaine justice là où cela s’avère indispensable’’.

« Nous pensons que l’urgent dans ce pays est de donner à chaque Guinéen sa place du Guinéen, de donner à chaque personne sa place d’être guinéenne’’, indique-t-il.

En 2014, le plan d’action du ministère des Droits de l’Homme est déjà connu. Il s’agit, selon Diaby, de tout mettre en œuvre pour imprimer un nouvel élan à la dynamique de réconciliation. Il faut que les « Guinéens puissent laver les linges sales en famille, lever les incompréhensions, avoir le courage et l’audace de regarder les pages sombres de l’histoire » de leur pays.

Par ailleurs, Kalifa Gassama Diaby pense qu’on doit avoir ce courage de permettre à chaque Guinéen de vivre dans son pays, tout en ayant le sentiment d’y être traité au même pied d’égalité, comme tous ses compatriotes.

En plus de ces objectifs, le département des Droits de l’Homme propose de travailler sur 12 projets cette année. Ils partent de l’organisation des états généraux des Droits de l’Homme à l’introduction des cours des Droits de l’Homme dans les écoles, en passant par la redynamisation du processus de réconciliation nationale. Il s’agira aussi d’initier la semaine de citoyenneté, l’organisation de deux tables rondes et l’instauration d’un monitoring du milieu carcéral, entre autres.

Aliou BM Diallo
+224 622 25 45 64
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*