lundi , 26 août 2019
Flash info

Le décret antidaté du Président truffé d’erreurs de frappe

Le décret du président de la République nommant ses Conseillers, lu sur les ondes des médias d’Etat mardi nuit, contient des bourdes inédites qui soulèvent une fois de plus des questions sur le fonctionnement de l’administration présidentielle. Et rappelle les heures sombres pendant lesquelles le président Lansana Conté apposait sa signature sur des documents sans connaître leurs contenus.

 

Ce décret indique qu’Elhadj Bah Ousmane, ancien ministre des Travaux publics, Elhadj Papa Koly Kourouma, ancien ministre de l’Énergie et de l’Hydraulique (Photo), Elhadj Tidianbe Traoré, ancien ministre déléguée aux Transports et Mme Rougui Barry, ancienne ministre délégué des  Guinéens de l’étranger, sont nommés chacun Ministre d’État, conseiller spécial.

 

Mais de toute évidence, il n’a bénéficié d’aucun soin particulier. L’entête demeure correcte avec le numéro Décret D 2014/024/PRG/SGG. Mais le premier constat qui frappe à l’œil est que la décision ne porte pas les armoiries du pays.

 

Ensuite, le libellé du premier article laisse apparaître une coquille vide de sens. Ainsi, on peut lire aisément :  » Article 1er: Sont nommés dans aux fonctions ci-après, les cadres dont les noms suivent ». Sans commentaire.

 

La troisième bourde qui pouvait être repérée par le signataire de l’acte (Alpha Condé, ndlr), à défaut d’être vue par son administration, est que le décret date du 04 Février 2013. Donc, théoriquement, l’acte est signé depuis un an, pendant que Papa Koly Kourouma, Bah Ousmane et Rougui Barry étaient au gouvernement.

 

Mamady Fofana

contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*