vendredi , 15 novembre 2019

Ring et coups de poings entre militants des NFD à Pita

Le parti Nouvelles Forces Démocratiques (NFD) qui représentait un immense espoir pour certains jeunes du pays enclins à faire de la politique affiche des signes de décomposition très avancée.

Les NFD se portent très mal. Son président à l’Assemblée nationale sur la liste d’un autre parti, son vice-président à la CENI, la jeune formation « décapitée » semble être entré dans une phase de déconfiture. Une bagarre généralisée qui a éclaté entre certains de ses militants dimanche dans la préfecture de Pita en est une illustration parfaite.

 

Selon nos sources qui parlent d’une lutte corps à corps qui aura duré une demi-heure, le clash est parti d’une réunion de restructuration de la Coordination NFD de la Moyenne Guinée. Certains militants de la région jugent la décision d’illégale, tandis que son président, Mamadou Mouctar Diallo, et bien d’autres membres pensent le contraire.

 

C’est donc sur décision du Bureau exécutif du parti qu’une équipe a été dépêchée à Pita avec un ordre de mission bien clair. Élire une nouvelle coordination régionale. Les indiscrétions croient savoir que l’ancienne coordination est soupçonnée de ne pas jouer le jeu pour le sommet des NFD.

 

C’est donc avec cette feuille de route que les envoyés spéciaux du Bureau exécutif sont arrivés à Pita pour désigner une nouvelle équipe devant diriger la nouvelle Coordination de la Moyenne Guinée. Le hic est que la réunion de restructuration se déroulait à l’insu des délégués de Labé et Mamou. Avec un peu de chance, ceux de Labé débarqueront à Pita un peu plus tard pour demander des explications.

 

« Trop tard. Nous avons une nouvelle coordination et n’avons aucune leçon à recevoir de qui que ce soit », aurait répondu sèchement un membre de la délégation.

 

Il ne fallait pas. La tension monte. Des injures sont proférées ici et là. Des chaises en plastique volent dans tous les sens. Le PV de la réunion est déchiré et rendu en mille morceaux. Les plus forts se prennent au collet. La salle de réunion est transformée en un vaste ring. S’en suit une bagarre généralisée dans un tohu-bohu total.

 

Nos sources rapportent que s’il n’y a pas eu de blessés graves, c’est parce que la police de Pita est intervenue promptement pour départager les délégués de Pita favorables à la nouvelle restructuration et ceux de Labé opposés à la décision.

 

Mamady Fofana

contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*