lundi , 18 novembre 2019

TPI de Kaloum : l’infirmier et un couple condamnés pour avortement

Le Tribunal de Première Instance de Kaloum a condamné lundi un infirmier et un jeune couple à des peines d’emprisonnement avec sursis pour délit d’avortement et de complicité d’avortement.

 

Fodé Sylla, 38 ans, infirmier et domicilié au quartier Kissosso, Noël Camara et Mariama Bangoura tous deux élèves et habiltant le même quartier ont été retenus dans les liens de culpabilité pour avoir interrompu une grossesse de deux semaines.

Les trois accusés avaient d’ailleurs reconnu les faits. L’infirmier Fodé Sylla en premier a dit avoir reçu le jeune couple pour un test de grossesse dans leur clinique. Examen qui s’est avéré par la suite positif.  « Ils m’ont dit que la fille a fait un premier enfant  dans sa famille et qu’en plus, elle est dans une classe d’examen », a entamé Sylla. Il a déclaré que les deux lui ont affirmé avoir un contrat de mariage qui n’est pas pour l’instant annoncé à leurs familles respectives.  « Par crainte,  ils m’ont dit de les aider à faire l’avortement. Nous sommes convenus au paiement de 200.000 francs guinéens qu’ils ont versé en deux tranches avant et après l’avortement », a avoué l’infirmier.

De son côté Noël Camara, l’auteur de la grossesse, environ 20 ans, élève a aussi reconnu être le principal initiateur de l’avortement. « Je suis l’auteur de la grossesse, mais comme elle a déjà fait un premier  enfant et poursuit ses études, c’est pourquoi j’ai décidé qu’elle fasse l’avortement. Nous avons voulu éviter des polémiques entre nos différentes familles », a-t-il confié à la barre.

Mais l’explication de sa dulcinée est toute autre. Même si mademoiselle Bangoura reconnaît l’acte d’avortement, elle dit l’avoir envisagé parce que son auteur, Noël Camara, a rejeté toute responsabilité. « Il a nié être l’auteur de la grossesse, raison pour laquelle j’ai accepté l’interruption de la grossesse ».

Dans le verdict, le président du Tribunal a souligné que l’avortement est un  délit  puni par le code pénal guinéen. Il a toutefois fait savoir qu’il peut être autorisé par la loi lorsque les conditions fixées par celle-ci sont remplies. Pour lui, la loi n’a pas donné la latitude à l’infirmier de faire cet avortement même si les conditions étaient réunies.

Vu que les prévenus  sont des délinquants primaires, le tribunal les a retenus dans les liens de culpabilité du délit d’avortement et de complicité d’avortement.

Pour la répression l’infirmier Fodé Sylla a été condamné à 500.000 francs guinéens d’amende, tandis que Noël Camara a écopé de 3 ans de prison avec sursis et une amende de 200.000 francs guinéens. Mademoiselle Mariama Bangoura quant à elle a écopé de  2  ans  de prison avec sursis assortis de 150.000 francs guinéens d’amende, en application des dispositions des articles 56, 306 et suivant du code pénal guinéen.

Sériane Théa
contact@kaloumpresse.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*